Le Temple-de-Bretagne, 44360
Bienvenue à Le Temple-de-Bretagne, commune française de 1557 habitants située dans le département Loire-Atlantique et la région Pays de la Loire.Vous trouverez ici quelques infos sur la commune et notre sélection de sites sur Le Temple-de-Bretagne.
     
 
 

Le Temple-de-Bretagne en bref

Département : Loire-Atlantique
Code postal : 44360
Population : 1557 habitants
Région : Pays de la Loire
Arrondissement : Nantes
Canton : Saint-Étienne-de-Montluc

Histoire de Le Temple-de-Bretagne

En 1917 l’abbé P. GREGOIRE publia une brochure intitulée :
« Une bourgade de la Loire Inférieure, Le Temple de Bretagne ».
La voici en quasi totalité :
A cinq lieues de Nantes, sur le grand chemin de Vannes après avoir traversé à mi distance environ la bourgade de Sautron, le voyageur en rencontrait une autre, ou la poste faisait son premier relais à l’hôtel du Lion d’Or. De toute nécessité il fallait y faire halte.
Cette petite localité était une ancienne commanderie, où les chevaliers de terre sainte s’étaient établis pour protéger les passants contre les malfaiteurs embusqués dans les broussailles des landes et des bois. Aussi nos pères avaient ils appelés cet endroit le Temple Maupertuis (mauvais passage), tant à cause de son origine que de sa situation. Au siècle dernier et même de longtemps il n’en était plus ainsi : la route rectifiée, la forêt abattue, les landes défrichées tout était changé.
L’ordre religieux-militaire des Templiers fut créé à Jérusalem en 1118 par Hugues de Payns. Baudouin II roi des français à Jérusalem leur donna comme demeure l’ancien temple de Salomon, d’où leur nom de templiers.
Les chevaliers de noble extraction, s’engagent, entre autre, de veiller à la sûreté des grands chemins pour favoriser les pèlerinages en terre sainte.
Ils reçoivent de l’argent et des terres du roi de France et du duc de Bretagne. Les riches Seigneurs leur ajoutant des offrandes : Les Templiers s’enrichissent et fondent des établissements pour former des recrues, comme Ste Catherine à Nantes. Ils installent des garnisons aux points stratégiques comme le Temple Maupertuis. En 1312, ce fut la dissolution de l’ordre.
Les hospitaliers recueillirent alors leur héritage. Les religieux de St Jean dont l’institution remontait au XI° prirent naissance à Jérusalem ou ils soignaient gratuitement les pèlerins et les voyageurs malades dans les hôpitaux de St Jean. Dés le XII°, le grand maître de l’ordre Raymond Du Puy décide de séparer les hospitalier en deux branches : les soignants et les combattants. Ces derniers étant chargés de protéger les routes. C’est à Malte que fut établis le siège de l’ordre en 1530. A Nantes, ils avaient la commanderie St Catherine et l’hôpital St Jean.
Nous devons maintenant nous poser cette question : à quel époque commença l’établissement du Temple Maupertuis ?
Il faut arriver en 1182 (mais on pense que le temple existait bien avant cette date) pour trouver un texte qui fasse mention de cette établissement. La chartre dont il s’agit, attribué au duc Conan IV qui mourut en 1166 doit être regardé comme apocryphe ; cependant elle garde toute sa valeur pour la date qu’elle porte. On y relate toutes les possessions des Templiers. Entre autres est celle-ci : Molendina de Maupertuis. Il y avait donc là appartenant aux Templiers dés cette époque reculée, des moulins.
Mais une autre pièce d’archive est plus explicite. Le 28 août 1219, un chevalier croisé du pays Nantais, Philippe de Vigneux, se trouvant en Palestine, au camp de l’armée assiégeant Damiette, « fait don à Dieu, à la bienheureuse Vierge Marie et aux frères de la milice du Temple de Salomon pour le salut de son âme, de tous les droits de pacage et coutumes lui appartenant au village des dit frères de Maupertuis. » Il fit cette donation en présence de plusieurs compagnon d’armes, en particulier Chautard de Rougé et Rosselin de Sion. Ce document est si authentique que les habitants du Temple jouirent de ces droits jusqu’à la révolution.
Dans le chartier du Temple et de Malte, plus de mention de Maupertuis jusqu’à la date de 1580. De cette époque est un aveu du commandeur de Nantes affirmant « avoir une haute justice qu’il exerce au bourg du Temple Maupertuis et y jouir des droits de moulins et de coutumes et lui appartenir aussi de pouvoir de preste la cure et la paroisse de St Léonard du Temple Maupertuis, La dite église et son presbytère se trouvant en son fief et fondé par luy ».
La possession était de minime importance car le rôle entier de la paroisse était de 20fr par denier plus 5 chapons et 2 poules payables à la Toussaint et à Pâques. Mais le fief du commandeur s’étendait dans les paroisses voisines : Malville, Quilly, Guenrouët, Campbon et Prinquiau. Il y avait aussi le droit de lever des dîmes dans toute la paroisse du Temple.
Le domaine de la commanderie se composait ainsi : au bourg un bois de haute futaie de quatre journaux, ailleurs neuf journaux de terres labourable, 400 journaux de landes et communs, « où les gens du commandeurs font pasturer leur bestail ».
L’église paroissiale de St Léonard aurait-elle été le premier centre religieux de Maupertuis ?
Nous serions porté à croire que ce fut la petite chapelle dite de Notre Dame de Toutes Vertus. Le culte de la Sainte Vierge étant dans la tradition de l’ordre de Malte, Il se peut que les chevaliers eussent d’abord élevé ce modeste sanctuaire en l’honneur de leur patronne. Avant de construire une église dédié à Saint Léonard patron des prisonniers.
Une vieille chronique rapporte qu’à la suite d’une expédition sur les côtes barbaresques, on ramena au pays beaucoup de prisonniers Maures et Bédouins qu’on employa au défrichement des landes et qui se mêlèrent plus tard à la population indigène par mariages.
Cette chapelle de toutes vertus qu’entourais autrefois un cimetière et auprès de laquelle il y avait une fontaine vénérée, (celle ci se voit encore mais semble négligée) porte le cachet du XVI°, avec des remaniement qui la défigure en partie. A coté d’elle on remarquera de vielles masures et en particulier une très ancienne construction qui porte le nom d’Ermitage (sur le chemin du cimetière). Cette maison n’auraient elle pas été primitivement la maison du desservant ou du gardien de la chapelle ?
L’église St Léonard, pauvre et petite telle que vous l’avez vu en 1830 formait une simple nef entourée d’un petit cimetière. On voit au pied du mur de l’abside un puit (une pompe actuellement) qui sert encore à la population du bourg : il doit dater de la construction primitive, selon l’usage d’autrefois.
La seigneurie du Temple Maupertuis, annexe de St Catherine et de St Jean n’existait plus au XVII°.
Les chevaliers de l’ordre de Malte y avaient droit de haute justice, de moulins et autres privilèges féodaux. On nomme encore dans le pays un pré de la justice situé à gauche en entrant dans le bourg par la route de Nantes, entre la route actuelle et le vieux chemin ; la potence devait s’y élever et les condamnés qu’on exécutait après jugement avait là leur sépulture.
Une très vieille croix, qu’on appelle la croix du commandeur, bordant le chemin et le pré que nous venons de mentionner se dresse toujours aux yeux des passants. A son pied on aurait trouvé des ossements humains ; elle a perdu un bras qu’un véhicule aurait, dit on, brisé.
Le cadastre indique la place du four banal et de la fuye qui devait se trouver entre le presbytère actuel et l’église.
On remarque au bout du bourg et du même coté de la route une vieille habitation qui semblerait remonter au temps de l’établissement des templier ou du moins des chevaliers de Malte : on l’appelle la Cour. Il est vraisemblable qu’elle fut manoir de l’ordre. Dans la suite elle devint une maison noble. Aujourd’hui elle est un peu défigurée mais elle existe dans sa totalité (sauf une tour qui se trouvais derrière le manoir et qui existait encore en 1917).
L’hôtel du Pigeon Blanc, qui n’est plus qu’une ruine à présent, était primitivement, sans doute, le seul relais pour les chevaux de poste. Il borde l’ancien chemin. Se chemin dépavé, mal entretenu, qui formait en grande partie la limite de la paroisse partait de la croix du commandeur, contournait les maisons du bourg, passait à la Pionnerie, rasant le bois et longeant la fontaine Moret. De la route de Cordemais, il allait rejoindre la route actuelle au dessus du village de la Mariaudais : C’était cela le Maupertuis ou mauvais passage du XVII°, on l’abandonna et l’on traça en ligne droite une large une voie dans la traverse du bourg. L’hôtel du Pigeon Blanc se trouvait par la même délaissé. Aussi construisit-on à gauche dés l’entré du village, en venant de Nantes, l’hôtel du Lion qui s’appela plus tard du Lion d’or ; cette maison, désaffectée depuis longtemps, porte la date de 1602. Elle a grand air et se trouve en retrait de la route, laissant devant elle un vaste espace pour les voyageurs et les diligences. (L’hôtel du « Sillon de Bretagne », construit au XIX°, masque cette vielle maison hélas récemment détruite). A coté et dans le même alignement il en est une autre qui paraît plus ancienne, y pendait dit-on l’enseigne du Pélican.
Pour faire revivre la bourgade telle qu’elle pouvait l’être en ces siècles passés, il faudrait raconter une relation écrite par un voyageur de ce temps là, Dubuisson Aubenay, ce touriste du XVII° qui visita la province en malle poste et à cheval passa certainement au Temple. D’après son itinéraire de Bretagne (1636) en venant de Vannes il fit halte à Ponchateau et à Coislin en Campbon et nous dit qu’en traversant la chaussé de l’étang de Malville, il reprit au Temple le grand chemin de Nantes, mais il n’ajoute rien, bien qu’il se plaise à décrire les endroits ou il passe. Jouvain, dans son voyage en Bretagne (1672), parle du chemin de Nantes à Brest par Vannes : il admire les maisons de campagne qui entoure la ville et il poursuit : « Il faut passer une grande plaine qui ne produit rien jusqu'à Sotteron (Sauteron), paroisse à deux lieues et quelque, peu de bois avec des Landes où est le Temple ; ensuite nous traversâmes une campagne de 5 lieues de long qui finissent à Ponchâteau » Voilà tout ce que les voyageurs d’autrefois nous font connaître.
Un point d’histoire qu’il aurait été agréable d’éclaircir, c’est de savoir à quelle date les chevaliers de Malte ont abandonné leur poste de Maupertuis. Sans doute les Templiers y ont pris leur établissement et certainement leur héritiers durent-ils continuer la sauvegarde de ce passage dangereux. Si au début du XVII° le manoir de la cour ne servait plus que de résidence à des particuliers, c’est que le poste de police n’existait plus et que les chevaliers avaient fait abandon d’une partie de leurs droits seigneuriaux, ne gardant que les revenus et les redevances. En 1656, Daniel de Mailly, chevalier de Malte, signe au bas d’un acte de baptême sur le registre de Vigneux. Il ne faut pas en conclure qu’il habitait au Temple, mais plutôt qu’il était en tournée de visite, selon les prescriptions de la règle de Malte. (….)
Rappelons en terminant cette monographie comment le Temple Maupertuis devint le Temple de Bretagne. Pendant la révolution, dans les actes publics, on supprime la dénomination de Maupertuis. Demanda-t-on à la Convention d’être légalement autorisé à le faire ?? Nous n’avons point trouvé de décret, et pourtant Dieu sait quels noms bizarre on imposa à toutes les localités dont le nom rappelait l’Ancien Régime ou la religion. Ce que nous savons c’est que la municipalité dans sa séance du 10 messidor an VIII (28 juin 1800), décida que l’on appellerait la commune par ce simple mot : LE TEMPLE.
Cependant on s’aperçut plus tard qu’il pouvait y avoir confusion avec bien d’autres localités en France, ancienne commanderie qui portait le même nom. On eu l’idée d’ajouter "DE BRETAGNE" comme cela ce fit pour la commune voisine de Fay. Toutefois, cette dénomination n’avais rien d’officiel. A l’époque de l’établissement du réseau télégraphique, la municipalité déclara à la commission chargé d’établir les services de correspondance que depuis longtemps la commune s’appelait LE TEMPLE DE BRETAGNE. D’après cette déclaration du 24 août 1887, le sous préfet de Saint-Nazaire enquêta sur l’affaire, et au mois suivant, le 11 septembre, le conseil se prononça nettement pour garder cette nomination qui fût approuvé par le décret présidentiel du 27 juillet de l’année suivante.
Maupertuis n’est donc plus aujourd’hui qu’un mauvais souvenir, et rien ne saurait le rappeler. Les habitant du Temple, affables et hospitaliers ont fait de leur localité un lieu ou l’on a plus besoin pour sa sécurité de chevaliers de Malte ni de brave gendarmes.
source : Wikipedia

Carte de Le Temple-de-Bretagne

 
 
 
 
 
 
  Communes françaises
 
 
  Autres communes du canton
 
 
  Communes proches
 
 
  Départements français
01.Ain.  02.Aisne.  03.Allier.  04.Alpes-de-Haute-Provence.  05.Hautes-Alpes.  06.Alpes-Maritimes.  07.Ardèche.  08.Ardennes.  09.Ariège.  10.Aube.  11.Aude.  12.Aveyron.  13.Bouches-du-Rhône.  14.Calvados.  15.Cantal.  16.Charente.  17.Charente-Maritime.  18.Cher.  19.Corrèze.  21.Côte-d'Or.  22.Côtes-d'Armor.  23.Creuse.  24.Dordogne.  25.Doubs.  26.Drôme.  27.Eure.  28.Eure-et-Loir.  29.Finistère.  2a.Corse du Sud.  2b.Haute-Corse.  30.Gard.  31.Haute-Garonne.  32.Gers.  33.Gironde.  34.Hérault.  35.Ille-et-Vilaine.  36.Indre.  37.Indre-et-Loire.  38.Isère.  39.Jura.  40.Landes.  41.Loir-et-Cher.  42.Loire.  43.Haute-Loire.  44.Loire-Atlantique.  45.Loiret.  46.Lot.  47.Lot-et-Garonne.  48.Lozère.  49.Maine-et-Loire.  50.Manche.  51.Marne.  52.Haute-Marne.  53.Mayenne.  54.Meurthe-et-Moselle.  55.Meuse.  56.Morbihan.  57.Moselle.  58.Nièvre.  59.Nord.  60.Oise.  61.Orne.  62.Pas-de-Calais.  63.Puy-de-Dôme.  64.Pyrénées-Atlantiques.  65.Hautes-Pyrénées.  66.Pyrénées-Orientales.  67.Bas-Rhin.  68.Haut-Rhin.  69.Rhône.  70.Haute-Saône.  71.Saône-et-Loire.  72.Sarthe.  73.Savoie.  74.Haute-Savoie.  75.Seine.  76.Seine-Maritime.  77.Seine-et-Marne.  78.Yvelines.  79.Deux-Sèvres.  80.Somme.  81.Tarn.  82.Tarn-et-Garonne.  83.Var.  84.Vaucluse.  85.Vendée.  86.Vienne.  87.Haute-Vienne.  88.Vosges.  89.Yonne.  90.Territoire de Belfort.  91.Essone.  92.Hauts-de-Seine.  93.Seine-Saint-Denis.  94.Val-de-Marne.  95.Val-d'Oise.