Arras, 62000
Bienvenue à Arras, commune française située dans le département Pas-de-Calais et la région Nord-Pas-de-Calais.Vous trouverez ici quelques infos sur la commune et notre sélection de sites sur Arras.
     
 
 

Arras en bref

Département : Pas-de-Calais
Code postal : 62000
Population : 0 habitants
Région : Nord-Pas-de-Calais
Arrondissement : Arras
Canton : Canton non précisé

Histoire de Arras

Nemetacum Atrebatum au temps de César et de la tribu des Atrébates.
Saint Vaast fonde une abbaye en 685.
Au IXe siècle, Arras devint la résidence privilégiée des comtes de Flandre qui y établirent une châtellenie héréditaire.
Au XIIe siècle, le développement important des institutions et de l'économie grâce à l'abbaye Saint-Vaast permet à la ville de compter onze églises et de développer un commerce jusqu'à l'Orient grâce à l'industrie drapière : les tapisseries d'Arras étaient connues jusqu'en Italie sous le nom des arrazi et en Angleterre tout simplement sous le nom d'Arras. Gengis Khan lui-même possédait des tapisseries d'Arras.[réf. nécessaire]
La prospérité de la ville permit la reconstruction de la cathédrale en 1161.
Traité d'Arras de 1191 : le territoire actuel du département entre dans le giron du domaine royal.
Paix d'Arras de 1435 qui réconcilia les Valois de France et de Bourgogne, et mirent fin aux guerres commencées en 1345.
Bourguignonne du XIVe siècle au XVe siècle.
Sous la souveraineté espagnole de 1526 (suite au Traité de Madrid) à 1598.
La ville est reconquise par Louis XIII en 1640, assiégée par les Espagnols en 1654, Vauban participe à la défense (sans commander)[2] mais reprise par Turenne. Cependant, le rattachement à la France n'est définitif et ratifié qu'en 1659 par le traité des Pyrénées.
L'élection aux États généraux porte Robespierre au premier plan. Lors de la Révolution française, la municipalité est d'abord dirigée par Dubois de Fosseux, hobereau érudit, secrétaire de l'Académie d'Arras et futur président du Pas de Calais. En compétition avec Aire-sur-la-Lys, Calais et Saint-Omer, Arras obtient finalement la préfecture du Pas-de-Calais.
Dix mois de terreur de novembre 1793 à août 1794, la ville est alors sous la dictature de Joseph Lebon qui instaurera des restrictions alimentaires, ordonnera 400 exécutions et détruira beaucoup d'édifices religieux (la cathédrale notamment, l'abbatiale Saint-Vaast en tient lieu depuis lors).
Malgré son dynamisme, Arras voit stagner sa démographie et son activité économique alors que Lille sous le coup de la Révolution Industrielle explose. Il faut dire qu'Arras n'a jamais été une cité industrielle comme le sera Lille par exemple. À cette époque Arras devient une ville éclairée, de culture. Sous l'impulsion d'Émile Legrelle, maire dynamique, Arras démantèle une partie de ses remparts pour établir de vastes boulevards périphériques, réaliser un nouveau réseau d'égouts, et se dote d'une nouvelle gare ferroviaire en 1898 (la précédente, ouverte pour l'ouverture de la ligne Paris - Lille, datant de 1846).
Destructions de la Première guerre mondiale
La Grande Guerre inflige des destructions considérables au patrimoine arrageois car la ville était située à moins de 10 km du front, et elle était l'enjeu des coûteuses batailles d'Artois ; en secret les Britanniques rassemblèrent une formidable armée dans les boves : cette armée surgit de terre en avril 1917 et enfonce le front allemand.
La ville sera reconstruite à l'identique, et en profitera pour s'étendre avec une architecture toujours flamboyante, comme le veut la tradition arrageoise.
Après la Seconde Guerre Mondiale et sous les mandats du maire socialiste Guy Mollet, Arras perd une partie de ses activités économiques et commerciales et sombre dans un sommeil profond. Le réveil sonnera à la fin du XXe siècle avec l'arrivée de l'Université d'Artois, la mise en service de l'autoroute A26 qui la relie à Calais, et l'arrivée d'une gare TGV (la seconde du Nord Pas de Calais). Depuis, Arras semble avoir retrouvé son dynamisme.
source : Wikipedia

Carte de Arras

 
 
 
 
 
 
  Communes françaises
 
 
  Autres communes du canton
 
 
  Communes proches
 
 
  Départements français
01.Ain.  02.Aisne.  03.Allier.  04.Alpes-de-Haute-Provence.  05.Hautes-Alpes.  06.Alpes-Maritimes.  07.Ardèche.  08.Ardennes.  09.Ariège.  10.Aube.  11.Aude.  12.Aveyron.  13.Bouches-du-Rhône.  14.Calvados.  15.Cantal.  16.Charente.  17.Charente-Maritime.  18.Cher.  19.Corrèze.  21.Côte-d'Or.  22.Côtes-d'Armor.  23.Creuse.  24.Dordogne.  25.Doubs.  26.Drôme.  27.Eure.  28.Eure-et-Loir.  29.Finistère.  2a.Corse du Sud.  2b.Haute-Corse.  30.Gard.  31.Haute-Garonne.  32.Gers.  33.Gironde.  34.Hérault.  35.Ille-et-Vilaine.  36.Indre.  37.Indre-et-Loire.  38.Isère.  39.Jura.  40.Landes.  41.Loir-et-Cher.  42.Loire.  43.Haute-Loire.  44.Loire-Atlantique.  45.Loiret.  46.Lot.  47.Lot-et-Garonne.  48.Lozère.  49.Maine-et-Loire.  50.Manche.  51.Marne.  52.Haute-Marne.  53.Mayenne.  54.Meurthe-et-Moselle.  55.Meuse.  56.Morbihan.  57.Moselle.  58.Nièvre.  59.Nord.  60.Oise.  61.Orne.  62.Pas-de-Calais.  63.Puy-de-Dôme.  64.Pyrénées-Atlantiques.  65.Hautes-Pyrénées.  66.Pyrénées-Orientales.  67.Bas-Rhin.  68.Haut-Rhin.  69.Rhône.  70.Haute-Saône.  71.Saône-et-Loire.  72.Sarthe.  73.Savoie.  74.Haute-Savoie.  75.Seine.  76.Seine-Maritime.  77.Seine-et-Marne.  78.Yvelines.  79.Deux-Sèvres.  80.Somme.  81.Tarn.  82.Tarn-et-Garonne.  83.Var.  84.Vaucluse.  85.Vendée.  86.Vienne.  87.Haute-Vienne.  88.Vosges.  89.Yonne.  90.Territoire de Belfort.  91.Essone.  92.Hauts-de-Seine.  93.Seine-Saint-Denis.  94.Val-de-Marne.  95.Val-d'Oise. 
 

Arras -