Capdenac, 46100
Bienvenue à Capdenac, commune française située dans le département Lot et la région Midi-Pyrénées.Vous trouverez ici quelques infos sur la commune et notre sélection de sites sur Capdenac.
     
 
 

Capdenac en bref

Département : Lot
Code postal : 46100
Population : 0 habitants
Région : Midi-Pyrénées
Arrondissement : Figeac
Canton : Figeac-Ouest

Histoire de Capdenac

Ce véritable nid d'aigle, fut dès 3 500 ans avant notre ère, une localité importante pour les hommes, comme en témoigne, la découverte, d'une énigmatique déesse de la fécondité datant de 5 000 ans.
En revanche la localisation exacte d'Uxellodunum reste controversée, et récemment Capdenac a perdu le titre officiel de lieu probable du site. Une décision officielle, du 21 avril 2001, a déclaré que le site le plus probable d'Uxellodunum était le Puy d'Issolud près de la ville de Vayrac, suite aux résultats de fouilles archéologiques entreprises en 1997.
Capdenac-Uxellodunum, le dernier bastion de la résistance gauloise
Capdenac, fut ensuite occupée par les Celtes, et fut même vraisemblablement, leur dernier lieu de résistance face à Jules César, lors de la guerre des Gaules, en 51 avant J.C.
À cette époque, la cité de Capdenac se serait appelée Uxellodunum, et deux chefs gaulois, Lucterios et Drappès s'y réfugièrent après la terrible défaite d'Alésia, qui avait contraint Vercingétorix, et le principal des forces armées gauloises à déposer les armes. Lucterios était un chef issu du peuple des Cadurques dont Uxellodunum faisait partie, il gagna donc facilement les habitants à sa cause. Les premières légions romaines commandées par Caninius arrivèrent rapidement devant la ville, et commencèrent à préparer le siège. Les deux chefs gaulois, s'apprêtaient à subir un long siège, pour cela, ils décidèrent de faire de grandes provisions de blé, avant que la place ne soit entièrement encerclée par l'ennemi. Plusieurs convois de victuailles arrivèrent à bon port, mais lors de l'un de ces convois, les chefs gaulois ainsi que leurs troupes, furent surpris par une attaque des romains, Luctérios parvint à s'enfuir, alors que Drappès fut fait prisonnier. La cité d'Uxellodunum, était à partir de ce moment là, orpheline de ses chefs, et seul 2.000 combattants assuraient la défense de la ville, mais la résistance opiniâtre de ses habitants continua tout de même. Alerté par Caninius, et ayant peur de la valeur d'exemple que pouvait montrer cette poignée d’irréductibles, César s'empressa de venir sur les lieux, avec sa cavalerie. A partir de ce moment là, environ 30.000 Romains assiégèrent Uxellodunum.
Sachant que la ville était bien pourvue en vivre, Jules César décida de les priver d'eau. Pour cela il les empêcha de descendre à la rivière, en postant des archers, frondeurs, et des machines de guerre sur la rive opposée. Alors les Gaulois se mirent tous, à venir chercher de l’eau en seul endroit, dans une grande fontaine. César fit alors construire un terrassement, surmonté d’une tour de bois, de 10 étages, afin d'empêcher les Gaulois de sortir de leurs murs. Grâce à ce stratagème, les assiégés se voyaient contraint de rester enfermés derrière leurs murs, et César fit creuser des galeries, afin de couper les veines d'eau alimentant la fontaine d'Uxellodunum. Les Gaulois firent de nombreuses sorties et causèrent de gros dégâts à l'armée romaine, jusqu'au jour, où les travaux de dérivation de la fontaine, atteignirent leur but, et asséchèrent la seule fontaine de la ville. Les Gaulois virent là un signe divin, et se rendirent aussitôt. Pour châtier cette résistance, Jules César fit couper les mains à tous les hommes en âges de porter les armes. La chute d'Uxellodunum, marqua la fin de la guerre des Gaules. Ce fut donc sur cet oppidum dominant la vallée du Lot, baptisé Oltis par les Romains, que nos ancêtres offrirent leur dernière résistance face à la puissance de Rome.
Capdenac la Gallo-romaine
Uxellodunum, ne fut pas abandonnée par les Romains, qui en firent une forteresse, en creusant un grand fossé, et en construisant une nouvelle fontaine fortifiée, à laquelle on accède encore de nos jours par un escalier de 130 marches.
Les temps d'insécurité
Puis durant la paix romaine, Uxellodunum tomba un peu dans l'oubli, avant qu'un chef Wisigoth, Gisbert Eschriniol s'en empara, et la baptisa Caput denasci (forteresse abandonnée), qui serait devenu Capdenac aujourd'hui. Les Wisigoths restèrent maîtres de la ville de 477 à 530, et en furent chassés par Thierry, fils de Clovis. Ensuite, ce sont les Sarrasins, qui pillèrent la cité, avant d'en être chassés par Charles Martel. En 778, c'est Pepin le Bref, qui fit le siège de Capdenac, lors de sa guerre menée contre Waïffre, le dernier roi d'Aquitaine. Puis, Capdenac fut le lieu de résidence de Saint-Géraud, le fondateur de l'abbaye d'Aurillac, qui réalisa un miracle dans le château capdenacois. Une noble famille des chevaliers de Capdenac, animèrent la région du XIe siècle au XIIIe siècle. Les Templiers, puis les Hospitaliers, s'installèrent à la pointe sud du bourg, puis, Simon de Montfort lors de sa croisade menée contre les Albigeois, assiégea la cité deux fois.
La croisade albigeoise
Durant la croisade menée contre les Cathares par Simon de Montfort, Capdenac était une place forte redoutable, et il n'est pas étonnant que le chef militaire de cette croisade décida de l'occuper entre autre en 1209 et 1214. Si Capdenac n'a pas officiellement abrité d'hérétiques albigeois, c'est sur ses terres que nacquit Bertrand de la Bacalaria, qui fut l'ingénieur en machine de guerre, qui rentra dans le château de Montségur alors assiégé. Il construisit alors des machines types trébuchets et autres, afin de tenter de détruire celles postées par les troupes du roi de France, qui provoquaient beaucoup de dégât chez les défenseurs de Montségur. Le lieu dit de la Bacalaria existe toujours, il s'appelle aujourd'hui la Vacalerie et se trouve à 3 km de la cité de Capdenac.
De la guerre de Cent Ans à nos jours
Durant la guerre de Cent Ans, Capdenac résista farouchement à l’ennemi anglais, au cours de plusieurs sièges. À la fin du XIVe siècle la famille d'Armagnac, se rendit propriétaire de la place, avant d'en être chassée par Louis XI, alors dauphin du royaume de France. Galiot de Genouillac, grand maître d'artillerie du royaume de France, en fut également le seigneur au cours du XVIe siècle. Les guerres de religions n’épargnèrent pas la petite cité, qui fut longtemps tenue par les protestants, Sully, venant même s'y retirer après la mort d'Henri IV.
source : Wikipedia

Carte de Capdenac

 
 
 
 
 
 
  Communes françaises
 
 
  Autres communes du canton
 
 
  Communes proches
 
 
  Départements français
01.Ain.  02.Aisne.  03.Allier.  04.Alpes-de-Haute-Provence.  05.Hautes-Alpes.  06.Alpes-Maritimes.  07.Ardèche.  08.Ardennes.  09.Ariège.  10.Aube.  11.Aude.  12.Aveyron.  13.Bouches-du-Rhône.  14.Calvados.  15.Cantal.  16.Charente.  17.Charente-Maritime.  18.Cher.  19.Corrèze.  21.Côte-d'Or.  22.Côtes-d'Armor.  23.Creuse.  24.Dordogne.  25.Doubs.  26.Drôme.  27.Eure.  28.Eure-et-Loir.  29.Finistère.  2a.Corse du Sud.  2b.Haute-Corse.  30.Gard.  31.Haute-Garonne.  32.Gers.  33.Gironde.  34.Hérault.  35.Ille-et-Vilaine.  36.Indre.  37.Indre-et-Loire.  38.Isère.  39.Jura.  40.Landes.  41.Loir-et-Cher.  42.Loire.  43.Haute-Loire.  44.Loire-Atlantique.  45.Loiret.  46.Lot.  47.Lot-et-Garonne.  48.Lozère.  49.Maine-et-Loire.  50.Manche.  51.Marne.  52.Haute-Marne.  53.Mayenne.  54.Meurthe-et-Moselle.  55.Meuse.  56.Morbihan.  57.Moselle.  58.Nièvre.  59.Nord.  60.Oise.  61.Orne.  62.Pas-de-Calais.  63.Puy-de-Dôme.  64.Pyrénées-Atlantiques.  65.Hautes-Pyrénées.  66.Pyrénées-Orientales.  67.Bas-Rhin.  68.Haut-Rhin.  69.Rhône.  70.Haute-Saône.  71.Saône-et-Loire.  72.Sarthe.  73.Savoie.  74.Haute-Savoie.  75.Seine.  76.Seine-Maritime.  77.Seine-et-Marne.  78.Yvelines.  79.Deux-Sèvres.  80.Somme.  81.Tarn.  82.Tarn-et-Garonne.  83.Var.  84.Vaucluse.  85.Vendée.  86.Vienne.  87.Haute-Vienne.  88.Vosges.  89.Yonne.  90.Territoire de Belfort.  91.Essone.  92.Hauts-de-Seine.  93.Seine-Saint-Denis.  94.Val-de-Marne.  95.Val-d'Oise.