Saint-Avold, 57500
Bienvenue à Saint-Avold, commune française située dans le département Moselle et la région Lorraine.Vous trouverez ici quelques infos sur la commune et notre sélection de sites sur Saint-Avold.
     
 
 

Saint-Avold en bref

Département : Moselle
Code postal : 57500
Population : 0 habitants
Région : Lorraine
Arrondissement : Forbach
Canton : Canton non précisé

Histoire de Saint-Avold

Au XVIIIe siècle, l'érudit bénédictin Dom Calmet écrivait : " Saint-Avold a joué un rôle de premier plan dans l'histoire lorraine. Elle abritait dans ses murs des ducs de Lorraine, des rois de France et des empereurs d'Allemagne ".
De la fondation de la ville au Saint-Avold épiscopal
Un moine irlandais du nom de Fridolin, venant de Poitiers en 509, crée un oratoire nommé Hilariacum, à l'emplacement de Saint-Avold, avant de fonder le monastère de Sickingen. Saint Sigisbaud, évêque de Metz, qui, vers 720, fait construire une abbaye sous le vocable de Saint-Pierre. Saint Chrodegang, évêque de Metz ministre de Charles Martel et Pépin le Bref, y introduit la règle bénédictine de saint Benoît. Il permet, lors d'un voyage à Rome, le 24 août 765, de transférer les reliques de Saint Nabor, officier martyrisé sous Dioclétien. Le 24 août demeure la date de vénération et de pèlerinage. Une bourgade se développe extra muros à l'ombre du monastère, renommé abbatias Sancti-Naboris, réputé pour son scriptorium et placée sous la protection des évêques de Metz. Angelram, trente-sixième évêque de Metz de 766 à 791, y aurait vécu comme simple moine.
Saint Nabor
Aux Xe siècle et XIe siècles, les habitants de Saint-Nabor se placent sous la protection d'un seigneur laïc appelé avoué, chargé de les protéger. Les avoués héréditaires des évêques de Metz sont d'abord les comtes épiscopaux de Metz. Mgr Étienne de Bar (1121-1162) confie vers 1160 l'avouerie de Hombourg-Saint-Avold, c'est-à-dire la ville et une vingtaine de villages, aux comtes de Sarrebruck et de Créhange. Sous la protection de l'évêque, Saint-Avold se développe. Mgr Renaud de Bar l'affranchit en 1302. Elle devient le chef-lieu politique de l'avouerie, siège d'une justice particulière, la mère-cour et de l'administration civile. Un droit de bourgeoisie est institué avec possibilité pour ses habitants d'élire un conseil de ville et de prélever des impôts. La ville se dote d'un coutumier ou Stadtrecht, définitivement codifié en 1580, qui précise le fonctionnement de l'institution municipale. Un premier hôpital est fondé en 1313 par l'abbé Jean de Saint Nabor. Une deuxième institution est créée en 1426 par le couple Elkine von der Linden et Anselm, greffier. En 1534, son administration passe à la bourgeoisie.
La ville est un centre commercial actif, servant de relais pour les marchands français et lorrains qui se rendent vers le Rhin, Nancy et Vaudrevange, capitale du bailliage d'Allemagne. De grandes corporations de marchands se créent, tels les tanneurs, tisserands et bouchers. Elles exportent leurs produits dans tout le monde rhénan. Six foires animent chaque année l'économie locale au XVIe siècle. Elles attirent des marchands hollandais, allemands, français et lorrains. On y échange du cuivre, du chanvre et de la laine. Ce développement attire la convoitise d'autres seigneurs territoriaux. Les évêques décident alors de fortifier Saint-Avold en 1327. L'entretien des remparts se fait grâce à un impôt sur les marchandises, l'octroi accordé par l'évêque de Metz, Adhméar de Monteil en 1360.
La ville est une paroisse unique. Elle possède une église construite en style gothique vers 1300, dédiée aux saints apôtres Pierre et Paul, agrandie vers 1500 par l'abbé Adam de Roupeldange. Cette église sert au culte paroissial jusqu'en 1792, date à laquelle elle est désaffectée et remplacée par l'église abbatiale, après la suppression du monastère des bénédictins.
Du duché de Lorraine au royaume de France
Le 16 mai 1572, le cardinal Charles Ier de Lorraine, évêque de Metz, cède l'avouerie à son neveu Henri Ier, duc de Guise, qui lui avance 18 000 florins d'or. À son tour, le duc de Guise cède par traité le nouveau fief au roi de France, puis revenant sur la décision, il le vend le 24 novembre 1581 pour 96 000 écus à son cousin Charles III, duc de Lorraine. La ville est alors intégrée dans le duché de Lorraine, état indépendant qui connaît son âge d'or. Elle forme une seigneurie d'une trentaine de localités, gérée par un bailli ducal établi au château de Hombourg. Son lieutenant s'installe à Saint-Avold, capitale économique de la seigneurie.
La ville participe au développement du duché. Elle connaît une expansion économique et démographique remarquable. Le duc de Lorraine Henri II cède ses terres en 1621 à Henriette de Lorraine et à Louis de Guise, qui stimulent le commerce et l'économie de la seigneurie. Il crée une verrerie au lieu-dit Ambach. La princesse Henriette fonde en 1631 le couvent des bénédictines malgré les menaces de la guerre de Trente Ans. Celles-ci créent la première école bilingue de jeunes filles de la région.
Pendant la guerre de Trente Ans, la ville est plusieurs fois occupée et pillée par les français, suédois, impériaux et lorrains. Prélèvements et guerres font disparaître une grande partie de la population. Beaucoup sont morts, d'autres fuient vers les pays rhénans et mosellans. La ville ne compte plus que dix-huit habitants en 1656, contre deux mille en 1621. Les traités de Ryswick et de Paris, de 1697 et 1718, voient la paix s'installer. La démographie naborienne est rétablie en 1750-1760, fortifiée par l'apport tyrolien des années 1700-1720. Les mesures prises par le duc Léopold Ier après 1698 dans les domaines économiques et administratifs favorisent la reconstruction de Saint-Avold, alors désigné comme chef-lieu d'une prévôté de vingt-trois villages dans un bailliage d'Allemagne reconstitué. La reprise économique des années 1715-1730 voit la construction de plus de deux cents nouvelles maisons, le rétablissement de ses foires. Un nouvel hôtel de ville est construit en 1735 et le paysage urbain de la ville change. Un ensemble de belles fontaines construites par le maître maçon Melchior Spinga agrémentent plusieurs quartiers. Un nouvel hôtel des postes est construit en 1723. De belles demeures bourgeoises, aux portes sculptées et fenêtres mansardées, témoignent de la richesse de la bourgeoisie commerçante. Le beau XVIIIe siècle laisse son empreinte au centre ville.
Ancien Hôtel de Ville
Plusieurs dynasties d'artistes s'implantent à Saint-Avold lors de la reconstruction de l'abbaye en 1720-1790 tels les Metzinger et les Melling, ces derniers étant originaires du pays de Thionville. Les remparts de la ville disparaissent entre 1710 et 1720. La ville retrouve son rôle de ville étape entre le monde germanique et la France. Un certain nombre de familles naboriennes (Avrange, Kaiser, Hennin) choisissent d'ailleurs de servir l'empereur et accompagnent le duc de Lorraine François en Autriche, où elles feront de belles carrières dans l'administration et l'armée.
Le règne du roi polonais Stanislas n'est que nominal, son intendant François Chaumont de la Galaizière ayant déjà introduit le système français de la corvée et de la milice. En 1751, la prévôté est supprimée. La ville est incluse malgré elle dans le bailliage de Boulay, qui comprend plus de soixante-dix bourgs et villages. L'église abbatiale où une école réputée forme les enfants de la bourgeoisie éclairée, est reconstruite de 1754 à 1769 dans le style classique, selon les plans de Dom Léopold Durand, également architecte à Echternach. Les orgues sont construites par le facteur d'orgues Barthelemy Chevreux en 1770-1771, tandis que Jacques Gounin, sculpteur très connu dans les comtés de Nassau-Sarrebruck et Deux-Ponts, façonne le nouveau buffet d'orgues en 1769.
Orgue de l'abbatiale
De la Révolution à l'annexion
Commencée et acceptée dans l'allégresse générale, la Constitution civile du clergé en 1791 va partager les opinions de surcroît déjà irritées après la dissolution des ordres monastiques. La Terreur provoque l'émigration de soixante-trois personnes en 1793. Saint-Nabor devient Rosselgène et le culte de l'Être Suprême est institué, tandis que les prêtres réfractaires bénéficient de la vaste complicité d'une partie croissante de la population. Le nouveau magistrat élu tente de s'adapter à la situation de crise. La nouvelle municipalité affronte une situation financière dégradée et des passages de troupes continuels. Elle est chef-lieu de canton et s'intègre difficilement dans le nouveau département créé en 1790, malgré l'aide de son premier député, Joseph Becker (1743-1812), le seul des élus mosellans à avoir voté contre l'exécution de Louis XVI. Le Consulat puis l'Empire ramènent le calme dans les esprits et la paix religieuse, grâce à la modération de Jean Nicolas Houllé, archiprêtre de Saint-Avold. Une certaine prospérité économique se développe jusqu’en 1813. Le régime de Napoléon Ier y bénéficie d'une large popularité grâce à l'action du général-baron Georges Kister (1755-1832).
En janvier 1814, le général Gerhard Leberecht von Blücher établit son quartier général à Saint-Avold. L'occupation bavaroise se poursuit jusqu'en 1814-1818 et la cité compte en garnison un régiment de cavalerie. Au niveau politique, la ville accompagne tous les changements de régime sans aucune résistance. Néanmoins, Napoléon III y est très populaire.
L'industrialisation se développe au cours de la première moitié du XIXe siècle. Fabrique de creusets, fonderie, fabrique de flanelles, tuilerie, brasserie, fabrique de bleu de Prusse, faïencerie, quinze tanneries, assurent du travail à de nombreux naboriens ainsi qu'aux habitants du canton. Néanmoins beaucoup de naboriens, devant la dureté des conditions de vie, les épidémies et famines de 1817-1818, 1849 et 1866, émigrent vers les États-Unis. Certaines familles, comme les Collin et les Risse, font fortune dans le Nouveau Monde. La situation va changer à partir de 1851. L'ouverture de la voie de chemin de fer Metz-Saint-Avold en 1851, puis Saint-Avold-Forbach-Sarrebruck en 1852, ainsi que la découverte du charbon à Carling avec l'ouverture du puits Max en 1862, va asseoir la prospérité de la ville. À la veille de 1870, le pays naborien subit une profonde métamorphose économique, comme l'ensemble de l'est mosellan. La ville, bien intégrée dans la communauté nationale, voit la naissance de vingt-trois généraux, dont Édouard Hirschauer (1857-1943), futur fondateur de l'aéronautique française. Elle est le lieu de naissance du père Eugène Braun (1825-1882), fondateur des servantes du Sacré-Cœur de Jésus, établies en France, en Angleterre et en Autriche.
La période Wilhelmienne
Après 1870, l'intégration économique de la ville incluse dans le Kreis ou cercle de Forbach se fait de manière très lente jusqu'en 1885-1890. À partir des années 1890, la ville connaît une nouvelle vocation avec l'arrivée des militaires et de leurs familles et une rapide expansion grâce au dynamisme de l'empire allemand. L'agglomération se développe vers le nord sur un axe reliant la ville aux casernes De Brack (Jägerkaserne), Lahitolle (Artilleriekaserne), Mahon (Ketzerratkaserne) et Hamon (Bahnhofskaserne), cette dernière étant occupée par les Uhlans. Le protestantisme connaît un développement fulgurant avec en 1889, la construction du temple de la garnison. En 1900, la ville atteint les 5 000 habitants, elle passe à 6 400 habitants en 1910, dont 2 500 militaires. Elle participe à la prospérité générale de l'Empire et se dote d'infrastructures nouvelles (tramway, eau, gaz et électricité), grâce aux très dynamiques maires de carrière, dont Joseph Koestel. En même temps sont construits un hôpital militaire, une infirmerie et un mess des officiers.
Les garnisons introduisent des activités de service pour l'approvisionnement du commerce. Les taverniers profitent des activités militaires et de l'animation en ville. Les constructions nouvelles portent l'empreinte du néogothique et néorenaissance. Le palais de justice et l'hôpital sont réalisés par Weissdorf dans un style néoclassique. La fin du XIXe siècle voit s'établir définitivement l'organisation spatiale de la ville. Les rues commerçantes sont celles de Poincaré et Hirschauer et la place de la Victoire, celles des services et finances dans les rues des Américains et De Gaulle. La noblesse militaire occupe la nouvelle rue Houllé, l'avenue Clémenceau et la rue de la Carrière, les artisans et ouvriers les rues des Tanneurs, de la Montagne, de l'Hôpital et de la Mertzelle, alors que les casernes sont construites en périphérie. Cette période voit la naissance d'Adrienne Thomas (1897-1980), écrivain de langue allemande, auteur en 1933 d'un best-seller, Catherine soldat ou Kathrin wird Soldat, livre anti-militariste condamné par les Nazis. Elle meurt à Vienne en Autriche, en 1980. Elle sera réhabilitée par sa ville natale grâce à la création d'un prix attribué par la municipalité à de jeunes historiens travaillant sur Saint-Avold.
Après 1918, la ville conserve son aspect de ville de garnison. Le développement charbonnier fait de Saint-Avold une ville de résidence. En 1928-1930, la société houillère Sarre et Moselle construit ex nihilo pour son personnel une cité de six-cent cinquante logements, la cité Jeanne d'Arc, située à proximité du puits Sainte-Fontaine. Au recensement de 1926, la population est de 3 412 habitants. Elle triple en 1931 avec 8 264 habitants. Les nouveaux arrivants sont surtout d'origine polonaise et transitent par la Westphalie pour travailler dans les mines de charbon lorraines. 1 205 polonais vivent à Saint-Avold en 1931, dont 1 032 à la nouvelle cité Jeanne d’Arc. La ville souffre de la proximité de la ligne Maginot construite à partir de 1928, beaucoup d'industriels répugnent à s'installer si près d’un front potentiel. En 1940-1944, la ville, comme le reste de la Lorraine, paye un lourd tribut à la guerre avec l'évacuation, le pillage du patrimoine, la dictature nazie, les bombardements dont celui, dévastateur, du 9 novembre 1944. Le cimetière américain, le plus grand d'Europe avec ses 10 489 tombes témoigne des sacrifices consentis lors de la libération de la ville, le 27 novembre 1944, et des durs combats en Allemagne.
Renouveau industriel d'après guerre
Grâce à son site agréable, à sa situation de carrefour et à son éloignement de la zone industrielle, la ville devient un centre résidentiel du bassin. De 1945 à 1966, les Houillères y construisent plus de 1 300 logements et la population augmente de 7 054 à 18 000 habitants, répartis dans les cités du Wenheck, La Carrière, Émile Huchet et Arcadia. Le développement de la centrale thermique Émile Huchet prend une ampleur exceptionnelle entre 1949 et 1960. La cokerie de Carling voit le jour avec le développement du procédé de carbonisation. Cette plate-forme donne naissance après 1954 à diverses usines et installations dont l'ensemble représente l'une des plus importantes plates-formes chimiques de France.
Dès les années 1960, la ville poursuit son expansion vers le nord et l'est, accélérée par la construction de l'autoroute Metz-Sarrebruck. La ville poursuit une politique de diversification industrielle avec la création de la ZIL du Gros-Hêtre, zone artisanale et industrielle, en 1968-1969, ainsi qu'une zone industrielle au Hollerloch en 1975, sur un espace de quarante-six hectares occupé par quarante-sept entreprises. Ce puissant développement économique favorise l'expansion de la ville et du canton. Dans les années 1960-1970, la ville se dote d’infrastructures modernes : deux lycées, trois CES et une piscine avec complexe sportif dignes d'une ville chef-lieu de canton. Elle connaît une croissance démographique de 1,42 % entre 1968 et 1975, supérieure à la moyenne française. Le 28 juin 1964 a lieu la concrétisation de la réconciliation franco-allemande par le jumelage avec Dudweiler, en Sarre.
Une ville confiante en l'avenir
À l'orée du nouveau siècle,l'après-charbon et l'industrie pétrochimique favorisent un nouveau développement économique. Avec 17 000 habitants, la ville connaît une croissance moyenne supérieure aux autres villes du bassin houiller. Après avoir misé sur les aspects quantitatifs et immédiats dans la stratégie du développement, il semble que l'on s'oriente dorénavant vers la diversification industrielle et les aspects qualitatifs. Les années 1990 voient la création d'un centre régional d'essais et d'applications en plasturgie inauguré le 29 juin 1990, agrandi devant son succès croissant en 1998 pour atteindre une superficie de 1 740 m², avec plus de 1 200 m² de locaux techniques et 540 m² de surface pour les bureaux. Plus de cent-cinquante entreprises font appel à son service dans les domaines de la chimie lourde. Le 5 novembre 1994, l'université de Metz inaugure un IUT de chimie fine. En partenariat avec Sarrebruck est créé aussi, dans le cadre du SIVOM, l'Europort spécialisé dans la logistique et les transports, sur une surface totale de cent hectares.
Cette diversification industrielle ne va pas sans une certaine recherche de qualité de vie. La ville possède un potentiel forestier important. Sur la colline du Felsberg, la ville a aménagé à partir de 1983, dans le cadre d'un contrat ville-relais, un centre de rencontre international formé d'une ensemble de chambres, d'un restaurant associatif et d'un terrain de camping. Le Felsberg est un lieu fréquenté par les touristes néerlandais et allemands. Le massif boisé de la forêt de Saint-Avold permet l'aménagement d'un centre aéré dès 1965 et d'un centre équestre avec parcours de santé. Des études sont envisagées pour la réhabilitation de l'étang d'Oderfang, disparu en 1957 suite au pompage de la nappe phréatique par la centrale de Carling. La ville développe aussi ses infrastructures culturelles. En janvier 1986, elle inaugure le Centre d'Action Culturelle. Elle offre par ce biais des spectacles diversifiés de bonne tenue. Un certain nombre d'artistes tels Jean Marie Wallaster (1927-2000), Jean Schouler (1927-1984), Gabrielle Bouffay témoignent du renom culturel de Saint-Avold.
Celle-ci se tourne vers des défis du futur et se dote de structures industrielles capables de faire face à la mondialisation. Depuis le 1er septembre 2004, Saint-Avold crée la communauté de communes du Pays Naborien qui rassemble les dix communes de l'ex SIVOM - Altviller, Carling, Diesen, Folschviller, Lachambre, L'Hôpital, Macheren, Porcelette, Saint-Avold et Valmont - d'une population totale de 43 076 habitants. La création de cet Etablissement Public Intercommunal situé au cœur d'un espace transfrontalier de plus de 1 000 000 habitants, offre de réelles perspectives d'avenir. Relever le défi du développement économique est un des axes prioritaires de ce territoire d'une superficie de 10 880 hectares. Plus d'une centaine d’entreprises se répartissent sur quatre zones d’activités gérées et valorisées par la Communauté de Communes, à savoir la Zone Europort de Saint-Avold, la Zone Actival de Valmont, la Zone Furst à Folschviller et la Zone du Grunhof de Porcelette.
source : Wikipedia

Carte de Saint-Avold

 
 
 
 
 
 
  Communes françaises
 
 
  Autres communes du canton
 
 
  Communes proches
 
 
  Départements français
01.Ain.  02.Aisne.  03.Allier.  04.Alpes-de-Haute-Provence.  05.Hautes-Alpes.  06.Alpes-Maritimes.  07.Ardèche.  08.Ardennes.  09.Ariège.  10.Aube.  11.Aude.  12.Aveyron.  13.Bouches-du-Rhône.  14.Calvados.  15.Cantal.  16.Charente.  17.Charente-Maritime.  18.Cher.  19.Corrèze.  21.Côte-d'Or.  22.Côtes-d'Armor.  23.Creuse.  24.Dordogne.  25.Doubs.  26.Drôme.  27.Eure.  28.Eure-et-Loir.  29.Finistère.  2a.Corse du Sud.  2b.Haute-Corse.  30.Gard.  31.Haute-Garonne.  32.Gers.  33.Gironde.  34.Hérault.  35.Ille-et-Vilaine.  36.Indre.  37.Indre-et-Loire.  38.Isère.  39.Jura.  40.Landes.  41.Loir-et-Cher.  42.Loire.  43.Haute-Loire.  44.Loire-Atlantique.  45.Loiret.  46.Lot.  47.Lot-et-Garonne.  48.Lozère.  49.Maine-et-Loire.  50.Manche.  51.Marne.  52.Haute-Marne.  53.Mayenne.  54.Meurthe-et-Moselle.  55.Meuse.  56.Morbihan.  57.Moselle.  58.Nièvre.  59.Nord.  60.Oise.  61.Orne.  62.Pas-de-Calais.  63.Puy-de-Dôme.  64.Pyrénées-Atlantiques.  65.Hautes-Pyrénées.  66.Pyrénées-Orientales.  67.Bas-Rhin.  68.Haut-Rhin.  69.Rhône.  70.Haute-Saône.  71.Saône-et-Loire.  72.Sarthe.  73.Savoie.  74.Haute-Savoie.  75.Seine.  76.Seine-Maritime.  77.Seine-et-Marne.  78.Yvelines.  79.Deux-Sèvres.  80.Somme.  81.Tarn.  82.Tarn-et-Garonne.  83.Var.  84.Vaucluse.  85.Vendée.  86.Vienne.  87.Haute-Vienne.  88.Vosges.  89.Yonne.  90.Territoire de Belfort.  91.Essone.  92.Hauts-de-Seine.  93.Seine-Saint-Denis.  94.Val-de-Marne.  95.Val-d'Oise.