Étrembières, 74100
Bienvenue à Étrembières, commune française située dans le département Haute-Savoie et la région Rhône-Alpes.Vous trouverez ici quelques infos sur la commune et notre sélection de sites sur Étrembières.
     
 
 

Étrembières en bref

Département : Haute-Savoie
Code postal : 74100
Population : 0 habitants
Région : Rhône-Alpes
Arrondissement : Saint-Julien-en-Genevois
Canton : Annemasse-Sud

Histoire de Étrembières

Antiquité
Etrembières est connue depuis l'Antiquité par la présence de la voie romaine de "Genava" qui, après avoir passé par les Bornes, franchissait l'Arve à Etrembières, à l'endroit où ses rives sont les plus rapprochées. Un pont en bois fut sans aucun doute construit, pour remplacer le premier moyen de communication entre les deux rives, à savoir un bac. Bien qu'il n'existe aucune mention de ce pont sous la période antique, il est néanmoins cité en 1304 dans un accord intervenant entre le Comte du Genevois et le sire du Faucigny.[1]
Moyen Age
Du XIe au XVe siècle, Etrembières, et en particulier son pont, se trouve dans un secteur stratégique sous le contrôle du Comte de Genève, mais convoité par les sires de Gex, installés à Mornex, les sires de Faucigny et les Comtes de Savoie établis dans le Chablais. La population subit fréquemment les chevauchées de ces seigneurs, ou de leurs vassaux, qui luttent pour l'hégémonie, affectant gravement la vie économique et sociale de la région.[2]
L'Escalade
Après la Réforme calviniste à Genève, nombre de catholiques doivent s'exiler dans les villes et villages avoisinants. Étrembières est alors considéré comme un village à majorité catholique. C'est depuis le château des Terreaux que Charles-Emmanuel, duc de Savoie, entreprend en 1602 une action militaire à l'encontre de Genève, afin de compenser la perte de ses provinces à la suite du Traité de Lyon de 1601, et par la même occasion, tenter de rendre à l'Eglise romaine la grande cité des Alpes[3]. L'expédition se soldera par un désastre militaire qui entraînera la signature du Traité de Saint-Julien en 1603. Genève commémore chaque année cette victoire sous le nom de L'Escalade.
Les Traités de Turin
Après le traité de Turin de 1754, signé entre la République de Genève et le Royaume de Sardaigne, Étrembières se retrouve sous la tutelle de la province de Carouge, dans le comté de Veyrier.[4] Devenue française en 1792 à la suite de la Campagne d'Italie du Général Bonaparte, elle le reste jusqu'à la signature du traité de Turin de 1816 où elle réintègre le royaume de Sardaigne. A noter que le village de Veyrier est quant-à-lui coupé en deux par la nouvelle frontière (Veyrier devient suisse), donnant naissance au hameau du Pas de l'Echelle (aujourd'hui partie intégrante de la commune d'Etrembières).
Etrembières française
Le 24 mars 1860 le Traité franco-sarde de cession de la Savoie à la France est signé. Bien qu'Etrembières se soit montrée favorable à son annexion à la Suisse au cours du plebiscite populaire - comme un certain nombre de communes du nord de la Savoie - elle intègre le tout nouveau département de la Haute-Savoie. C'est à partir de cette date qu'Etrembières connait un développement important.
Etrembières dans l'ère moderne
En 1875, les plans de la voie ferrée Annecy-Annemasse sont approuvés, et l'année suivante ce sont ceux de la voie ferrée de Collonges-Annemasse. La jonction des deux tracés s'effectue à Etrembières. En 1879 une maison communale, avec son école, est construite en face de la Maison-Blanche. En 1891 c'est la création du chemin de fer à crémaillère du Salève. En 1906 une école est créée au Pas de l'Echelle et en 1922 décision est prise d'électrifier le village. En 1932 le téléphérique du Salève est inauguré et destiné à remplacer le chemin de fer à crémaillère qui cesse de fonctionner en 1935. En 1960 la commune décide de restaurer l'ancienne chapelle d'Etrembières. L'inauguration est célébrée le 9 avril 1972 alors qu'une nouvelle église a été érigée au Pas de l'Echelle le 30 avril 1967.[5]
source : Wikipedia

Carte de Étrembières

 
 
 
 
 
 
  Communes françaises
 
 
  Autres communes du canton
 
 
  Communes proches
 
 
  Départements français
01.Ain.  02.Aisne.  03.Allier.  04.Alpes-de-Haute-Provence.  05.Hautes-Alpes.  06.Alpes-Maritimes.  07.Ardèche.  08.Ardennes.  09.Ariège.  10.Aube.  11.Aude.  12.Aveyron.  13.Bouches-du-Rhône.  14.Calvados.  15.Cantal.  16.Charente.  17.Charente-Maritime.  18.Cher.  19.Corrèze.  21.Côte-d'Or.  22.Côtes-d'Armor.  23.Creuse.  24.Dordogne.  25.Doubs.  26.Drôme.  27.Eure.  28.Eure-et-Loir.  29.Finistère.  2a.Corse du Sud.  2b.Haute-Corse.  30.Gard.  31.Haute-Garonne.  32.Gers.  33.Gironde.  34.Hérault.  35.Ille-et-Vilaine.  36.Indre.  37.Indre-et-Loire.  38.Isère.  39.Jura.  40.Landes.  41.Loir-et-Cher.  42.Loire.  43.Haute-Loire.  44.Loire-Atlantique.  45.Loiret.  46.Lot.  47.Lot-et-Garonne.  48.Lozère.  49.Maine-et-Loire.  50.Manche.  51.Marne.  52.Haute-Marne.  53.Mayenne.  54.Meurthe-et-Moselle.  55.Meuse.  56.Morbihan.  57.Moselle.  58.Nièvre.  59.Nord.  60.Oise.  61.Orne.  62.Pas-de-Calais.  63.Puy-de-Dôme.  64.Pyrénées-Atlantiques.  65.Hautes-Pyrénées.  66.Pyrénées-Orientales.  67.Bas-Rhin.  68.Haut-Rhin.  69.Rhône.  70.Haute-Saône.  71.Saône-et-Loire.  72.Sarthe.  73.Savoie.  74.Haute-Savoie.  75.Seine.  76.Seine-Maritime.  77.Seine-et-Marne.  78.Yvelines.  79.Deux-Sèvres.  80.Somme.  81.Tarn.  82.Tarn-et-Garonne.  83.Var.  84.Vaucluse.  85.Vendée.  86.Vienne.  87.Haute-Vienne.  88.Vosges.  89.Yonne.  90.Territoire de Belfort.  91.Essone.  92.Hauts-de-Seine.  93.Seine-Saint-Denis.  94.Val-de-Marne.  95.Val-d'Oise.