Longpré-les-Corps-Saints, 80510
Bienvenue à Longpré-les-Corps-Saints, commune française située dans le département Somme et la région Picardie.Vous trouverez ici quelques infos sur la commune et notre sélection de sites sur Longpré-les-Corps-Saints.
     
 
 

Longpré-les-Corps-Saints en bref

Département : Somme
Code postal : 80510
Population : 0 habitants
Région : Picardie
Arrondissement : Abbeville
Canton : Hallencourt

Histoire de Longpré-les-Corps-Saints

Les Corps Saints (reliques acquises par le seigneur parti aux Croisades)
Le maïeur d'Abbeville, Aléaume de Fontaines[1], seigneur et chevalier d'illustre maison (apparentée aux comtes de Ponthieu), fonda une collégiale à Longpré. La première prébende date de 1190. L'acte de fondation mentionne les tourbes d'un marais dont le chanoine aura l'usage. Ce document atteste ainsi qu'à cette époque reculée, on exploitait déjà les tourbières qui contribuèrent à la richesse de la vallée de la Somme.
Aléaume, parti en croisade pour accompagner Philippe Auguste[2], se conduisit vaillamment à St-Jean-d'Acre, et resta en Orient après le départ du roi. Après avoir rejoint à Constantinople l'armée commandée par Villehardouin, ce bon chevalier du Christ regagnait Jérusalem, quand après seize années passées en Terre-Sainte, il mourut de la peste.
L'évêque d'Amiens, Richard de Gerberoy, prévenu de l'arrivée de Constantinople d'un messager du seigneur picard défunt, porteur de précieuses reliques, vint solennellement à sa rencontre. Le 4 août 1205, Vibert, arriva à Longpré pour doter, au nom d'Aléaume de Fontaines, la collégiale de certaines des inestimables reliques que les dignitaires croisés s'étaient partagées.[3]
L'année 1205 est donc capitale dans l'histoire de Longpré, dont la réputation s'accrut depuis le Moyen Âge. La collégiale bénéficia de nombreuses autres donations, plusieurs papes et notamment Innocent III et Grégoire IX lui accordèrent leur protection. La ferveur attira les foules dans le sanctuaire de la paroisse devenue, grâce à ses reliques, « Longpré-les-Corps-Saints ».
La crypte, remaniée, mais seul vestige de l'édifice initial.
C'est ainsi que, de nos jours encore, quelques reliques, ayant pu échapper aux outrages du temps et des révolutions, sont promenées chaque année, le 8 septembre, en procession dans le bourg.
L'église collégiale initiale date donc les dernières années du XIIe siècle, et n'était sans doute pas complètement achevée à la mort d'Aléaume, dont la veuve, Laurette de St-Valéry, et le fils, Hughes, créèrent de nouvelles prébendes. Laurette abandonna à Hughes le château de Long, pour résider avec ses deux filles à Longpré, près de l'église abritant les précieuses reliques. Très pieuse, selon le père Ignace, elle partagea désormais son temps entre l'entretien de l'église et la visite des malades, étudiant même la médecine afin de mieux les soulager.
Développement lié à la dévotion
Le comte de Ponthieu, désirant posséder une des reliques de Longpré et ne pouvant offrir en échange qu'une côte de Saint Vulfran, gratifia d'une prébende la collégiale instituée il y a peu. L'église compta alors bientôt 12 chanoines, auxquels vinrent se joindre d'abord 5 chapelains, puis les 2 titulaires aux cures de Longpré et de Wanel (Ceux-ci prenant place dans le chœur avec les chanoines et récitant avec eux les heures canoniales). Dès lors, 19 ecclésiastiques officièrent auprès des saintes reliques.
L'église, uniquement collégiale à l'origine, donc réservée aux offices capitulaires, vit sa nef ouverte à l'exercice du culte de la paroisse, suite à un accord passé en 1365 devant l'official d'Amiens entre les paroissiens et le chapitre. La vieille église paroissiale, Saint-Martin, fut dès lors peu à peu délaissée : on n'y officia plus que deux fois par an, le 4 juillet et le 11 novembre. De cette église Saint-Martin, ne subsiste plus aujourd'hui, que les traces toponymiques : la rue Saint-Martin et le Voyeul Saint-Martin.
Le chapitre possédait quatorze maisons. Treize d'entre elles, groupées autour de l'église, ont donné leur nom à l'actuelle rue des Cloîtres.
Périodes troublées
Au XIVe siècle, le bourg de Longpré fut incendié deux fois par les Anglais au cours de la Guerre de Cent Ans, la première fois avant la Bataille de Crécy, la deuxième fois avant celle d'Azincourt.
Son église, ayant cruellement souffert, menaçait ruine quand le Pape Eugène IV en fut informé et accorda, en 1437, de nombreuses indulgences aux fidèles qui feraient des aumônes pour la réparation et l'entretien de l'édifice [4].
A l'angle Nord-Ouest de l'église, vestiges des colonnes qui soutenaient le déambulatoire à l'intérieur de la Collégiale
Après avoir été fort mutilée, la collégiale dut donc être remaniée. C'est probablement pour en couronner les importants travaux que l'Évêque d'Amiens en fit en 1505 une consécration solennelle.
De nouveaux désastres et ravages n'épargnèrent pas la localité lors des affontements avec les Huguenots. A leur approche, les habitants de Longpré émigrèrent en masse, les chanoines se réfugièrent à Abbeville, à Saint-Vulfran. Le calme rétabli, la collégiale d'Aléaume retrouva son chapitre, mais elle avait vécu ses meilleurs jours : ses revenus diminuèrent peu à peu, les libéralités devinrent insuffisantes ou cessèrent, dans la période de déclin de la foi. A la veille de la Révolution, elle ne comptait plus que dix chanoines.
Guerre de 1870
Cinq Longiprates furent victimes des soldats prussiens opérant à proximité de l'église.
Le 28 décembre 1870, les Prussiens investirent la localité : on dénombra alors 8 tués (combattants ou civils), 15 blessés et une soixantaine de prisonniers du côté français.
Seconde Guerre mondiale
Le bourg fut anéanti à 90 %, la flèche de l'église fut détruite.
source : Wikipedia

Carte de Longpré-les-Corps-Saints

 
 
 
 
 
 
  Communes françaises
 
 
  Autres communes du canton
 
 
  Communes proches
 
 
  Départements français
01.Ain.  02.Aisne.  03.Allier.  04.Alpes-de-Haute-Provence.  05.Hautes-Alpes.  06.Alpes-Maritimes.  07.Ardèche.  08.Ardennes.  09.Ariège.  10.Aube.  11.Aude.  12.Aveyron.  13.Bouches-du-Rhône.  14.Calvados.  15.Cantal.  16.Charente.  17.Charente-Maritime.  18.Cher.  19.Corrèze.  21.Côte-d'Or.  22.Côtes-d'Armor.  23.Creuse.  24.Dordogne.  25.Doubs.  26.Drôme.  27.Eure.  28.Eure-et-Loir.  29.Finistère.  2a.Corse du Sud.  2b.Haute-Corse.  30.Gard.  31.Haute-Garonne.  32.Gers.  33.Gironde.  34.Hérault.  35.Ille-et-Vilaine.  36.Indre.  37.Indre-et-Loire.  38.Isère.  39.Jura.  40.Landes.  41.Loir-et-Cher.  42.Loire.  43.Haute-Loire.  44.Loire-Atlantique.  45.Loiret.  46.Lot.  47.Lot-et-Garonne.  48.Lozère.  49.Maine-et-Loire.  50.Manche.  51.Marne.  52.Haute-Marne.  53.Mayenne.  54.Meurthe-et-Moselle.  55.Meuse.  56.Morbihan.  57.Moselle.  58.Nièvre.  59.Nord.  60.Oise.  61.Orne.  62.Pas-de-Calais.  63.Puy-de-Dôme.  64.Pyrénées-Atlantiques.  65.Hautes-Pyrénées.  66.Pyrénées-Orientales.  67.Bas-Rhin.  68.Haut-Rhin.  69.Rhône.  70.Haute-Saône.  71.Saône-et-Loire.  72.Sarthe.  73.Savoie.  74.Haute-Savoie.  75.Seine.  76.Seine-Maritime.  77.Seine-et-Marne.  78.Yvelines.  79.Deux-Sèvres.  80.Somme.  81.Tarn.  82.Tarn-et-Garonne.  83.Var.  84.Vaucluse.  85.Vendée.  86.Vienne.  87.Haute-Vienne.  88.Vosges.  89.Yonne.  90.Territoire de Belfort.  91.Essone.  92.Hauts-de-Seine.  93.Seine-Saint-Denis.  94.Val-de-Marne.  95.Val-d'Oise.