Fontenoy-le-Château, 88240
Bienvenue à Fontenoy-le-Château, commune française de 721 habitants située dans le département Vosges et la région Lorraine.Vous trouverez ici quelques infos sur la commune et notre sélection de sites sur Fontenoy-le-Château.
     
 
 

Fontenoy-le-Château en bref

Département : Vosges
Code postal : 88240
Population : 721 habitants
Région : Lorraine
Arrondissement : Épinal
Canton : Bains-les-Bains

Histoire de Fontenoy-le-Château

Ancienne ville forte, capitale d'un comté, Fontenoy formait jadis deux localités distinctes, Fontenoy-le-Chastel sur la rive gauche du Côney et Fontenoy-la-Coste qui s'étageait hors les murs en rive droite. Pendant plus de deux siècles, Fontenoy-le-Château fut le centre d'une prévôté seigneuriale et d'un comté très étendu composé de 27 villages ou hameaux dont Fontenois-la-Ville, Xertigny, Le Magny, Montmotier, Trémonzey, Amerey, Le Clerjus, La Chapelle-aux-Bois, Haudomprey, Gremifontaine.
Sa position de Terres de surséance place Fontenoy au coeur des conflits entre Bourgogne et Lorraine.
En 1792, Fontenoy-la-Côte et Fontenoy-le-Château ne font plus qu'une seule commune.
L’histoire de Fontenoy commence au début du XIe siècle, quand les évêques de Toul qui possèdent ce franc-alleu édifient une grosse tour carrée afin de protéger leur domaine et fermer la vallée du Côney. C’est une des premières forteresses du sud des Vosges, avec Épinal et Remiremont. Un prieuré bénédictin est fondé, Ses moines assurent la desserte de l’église romane primitive et vont établir un barrage sur la rivière, pour faire tourner un moulin qui conservera leur nom. La ville s’entoure de murailles dont il subsiste quelques bases. Elle demeure dans la mouvance lorraine jusqu’à la fin du XIIIe siècle.
La période bourguignonne
La tour ronde
Le château connaîtra deux grandes campagnes de renforcement : la puissante famille bourguignonne de Neufchatel, qui arrive à Fontenoy en 1360, suite au mariage de Thiébaut VI avec Marguerite de Châlons, Dame de Fontenoy, agrandit la place pour assurer sa présence face au duché de Lorraine voisin. C’est en 1395, sous leur administration, qu’est reconduite la charte d’une libéralité hors normes : les bourgeois bénéficient, entre autres privilèges, de chasser aux chiens dans les forêts !
C’est aussi sous les Neufchatel qu’est rebâtie l’église Saint Mansuy, dans le style gothique flamboyant de la seconde moitié du XVe siècle ( Monument historique classé).
L’intérieur de l’édifice, clair et lumineux sous des voûtes richement nervurées, abrite une belle chaire en pierre, une remarquable cuve baptismale et quelques éléments de statuaire de belle facture. Les clés de voûte anthropomorphes du cœur, représentant le soleil et la lune, sans doute à l’effigie de Jean II de Neufchatel et de son épouse Marguerite de Castro, cousine du roi du Portugal.
Le retour à la Lorraine
Fontenoy redevient lorrain après la mort du duc Charles le Téméraire en 1477.
Une seconde campagne de renforcement de la forteresse sera entreprise au XVIe siècle, cette fois sous Diane de Dompmartin, marquise d'Havré, baronne de Dompmartin, dame de Fontenoy-le-Château, de Bayon, d'Hardemont et d'Oginvillier. (30/09/1552-162?), et son mari Charles Philippe de Croy. Dans l’enceinte haute du château, on peut voir la pierre de fondation de ces travaux, datée de 1596, aux monogrammes des deux époux, retrouvée lors des opérations de nettoyage du site par l’association, en 1978.
Bourgogne, carte d'Abraham Ortelius 1580
Lorraine, carte d'Abraham Ortelius 1588
Les commerçants transporteurs
Cette place frontière jouera de sa position sur un des axes naturels nord-sud de passage et sur son éloignement des pouvoirs ducaux pour développer le commerce et surtout le transport de marchandises. Fontenoy devient un relais remarquablement équipé sous la protection du château et derrière ses remparts.
La ville va ainsi centraliser au XVIe siècle la production du grand verre, ou verre plat, assurée par les verreries de la vaste forêt de la Vôge, et en organiser la distribution à travers toute l’Europe.
Pierre Thierry est le plus célèbre de ces transporteurs, qui monte une véritable entreprise au sens moderne du terme, avec des agents dans les principaux centres de l’époque. Ses rouliers sillonnent les voies entre Anvers, Bruges, Francfort, Genève, Bâle, Florence, Venise... il est en rapport avec les grands banquiers allemands et italiens. Il sera anobli le 17 janvier 1532.
Une autre dynastie de commerçants-marchands laissera ici une trace peu ordinaire, la famille Morelot, qui rapporte de ses voyages des plants de cerisiers, à l’origine de la production de kirsch de tout le secteur. Les cerisiers de Fontenoy sont les ancêtres de ceux de Fougerolles. Trois Morelot seront anoblis, eux aussi. À Jean sont octroyées en 1585 des armes parlantes portant un « cerisier de sinople fruité de gueules » . Toute cette activité marchande amène dans la ville les fameux Lombards, très présents en Lorraine et qui vont installer leur banque dans la tour qui portera désormais leur nom pour la postérité. Cette tour, classée monument historique, peut-être élément d’un château inféodé aux seigneurs du lieu, était capable de participer à la défense de la place, avec ses deux salles d’artillerie superposées. L’autre nom de ce monument est la tour du poids. Y étaient en effet conservées les mesures étalons propres à Fontenoy. On trouve encore aux archives départementales plusieurs actes notariés antérieurs à la Révolution française, faisant mention de « mesure de Fontenoy ». Rappelons enfin, pour donner une idée du prestige économique du lieu, qu’ici, on a battu monnaie, dans le moulin éponyme situé en aval immédiat du bourg.
En 1589, un édit du duc de Lorraine mit un frein à la réussite commerciale de Fontenoy. Cet édit demandait d'expulser les protestants, or ils représentaient une grande partie des commerçants de la ville et détenaient également de nombreux capitaux.
Fontenoy n'était pas remis de ces départs quand, comme dans toute la région, s'abattent les malheurs de la guerre de Trente Ans. La ville est incendiée et détruite par les troupes françaises de Turenne et des mercenaires suédois en août 1635.
Il faut attendre le milieu du XVIIIe siècle pour qu'une reconstruction de qualité redonne à la cité un air de prospérité.
Après la Révolution
La Révolution française la voit rebaptisée Fontenoy en Vosges. Les archives sont détruites par les révolutionnaires des hameaux et communes dépendantes, qui pensaient ainsi détruire les titres de propriété. Certaines familles comme les de Prinsac, d'Ecquevilley, de Huvé ou Gérard voient leurs biens vendus comme biens nationaux. Les religieux qui résident au couvent des Capucins sont dispersés. Grâce à la protection de certaines familles et la complicité de quelques notables dont Siméon-Florentin Daubié (grand-père de Julie-Victoire Daubié, première bachelière de France), le culte catholique et l'administration des sacrements s'exercent à Fontenoy. Chez les de Huvé, les Daubié, les Colleuil, les Finiel, des pièces secrètes sont aménagées pour servir de chapelle. La chapelle de Saint-Georges achetée par la famille Poirson comme bien national, protégée des dégradations, est rendue au culte sous l'Empire. À la même époque, les archives de la ville sont de nouveau détruites par les révolutionnaires trop zélés qui voulaient ainsi effacer toutes traces de compromission.
Les agriculteurs de Fontenoy devaient leur prospérité à la production de kirsch. La culture du cerisier avait été introduite à Fontenoy par les frères Morlot.
Les forges, les pointeries, les tuileries, les carrières et la broderie assurèrent du travail aux habitants de Fontenoy jusqu'à la guerre de 14-18. Puis commença le déclin.
Blasonnement
Fontenoy a eu pour armes:d'Azur à une étoile d'or à cinq branches. Ces armes sont celles également portées sur le sceau de tabellionnage, un exemplaire est visible aux archives départementales de Haute-Saône.
* Blason primitif.
D'azur à la fasce d'argent.
Ce blason est celui de Fenétrange, possession de Diane de Dompmartin, Dame de Fontenoy. Il s'accompagne parfois d'une quintefeuille d'argent en pointe.
* Blason moderne.
D'azur à la bande d'argent, franc-canton à senestre de gueules chargé d'un N d'argent surmonté d'une étoile rayonnante de même.
Le blason actuel a été octroyé par Napoléon III le 29 juin 1867, à la demande de la municipalité. Le N d’argent surmonté d’une étoile rayonnante du même distingue les villes de troisième classe dans l’héraldique impériale.
source : Wikipedia

Carte de Fontenoy-le-Château

 
 
 
 
 
 
  Communes françaises
 
 
  Autres communes du canton
 
 
  Communes proches
 
 
  Départements français
01.Ain.  02.Aisne.  03.Allier.  04.Alpes-de-Haute-Provence.  05.Hautes-Alpes.  06.Alpes-Maritimes.  07.Ardèche.  08.Ardennes.  09.Ariège.  10.Aube.  11.Aude.  12.Aveyron.  13.Bouches-du-Rhône.  14.Calvados.  15.Cantal.  16.Charente.  17.Charente-Maritime.  18.Cher.  19.Corrèze.  21.Côte-d'Or.  22.Côtes-d'Armor.  23.Creuse.  24.Dordogne.  25.Doubs.  26.Drôme.  27.Eure.  28.Eure-et-Loir.  29.Finistère.  2a.Corse du Sud.  2b.Haute-Corse.  30.Gard.  31.Haute-Garonne.  32.Gers.  33.Gironde.  34.Hérault.  35.Ille-et-Vilaine.  36.Indre.  37.Indre-et-Loire.  38.Isère.  39.Jura.  40.Landes.  41.Loir-et-Cher.  42.Loire.  43.Haute-Loire.  44.Loire-Atlantique.  45.Loiret.  46.Lot.  47.Lot-et-Garonne.  48.Lozère.  49.Maine-et-Loire.  50.Manche.  51.Marne.  52.Haute-Marne.  53.Mayenne.  54.Meurthe-et-Moselle.  55.Meuse.  56.Morbihan.  57.Moselle.  58.Nièvre.  59.Nord.  60.Oise.  61.Orne.  62.Pas-de-Calais.  63.Puy-de-Dôme.  64.Pyrénées-Atlantiques.  65.Hautes-Pyrénées.  66.Pyrénées-Orientales.  67.Bas-Rhin.  68.Haut-Rhin.  69.Rhône.  70.Haute-Saône.  71.Saône-et-Loire.  72.Sarthe.  73.Savoie.  74.Haute-Savoie.  75.Seine.  76.Seine-Maritime.  77.Seine-et-Marne.  78.Yvelines.  79.Deux-Sèvres.  80.Somme.  81.Tarn.  82.Tarn-et-Garonne.  83.Var.  84.Vaucluse.  85.Vendée.  86.Vienne.  87.Haute-Vienne.  88.Vosges.  89.Yonne.  90.Territoire de Belfort.  91.Essone.  92.Hauts-de-Seine.  93.Seine-Saint-Denis.  94.Val-de-Marne.  95.Val-d'Oise.