Saint-Dié-des-Vosges, 88100
Bienvenue à Saint-Dié-des-Vosges, commune française de 23699 habitants située dans le département Vosges et la région Lorraine.Vous trouverez ici quelques infos sur la commune et notre sélection de sites sur Saint-Dié-des-Vosges.
     
 
 

Saint-Dié-des-Vosges en bref

Département : Vosges
Code postal : 88100
Population : 23699 habitants
Région : Lorraine
Arrondissement : Saint-Dié
Canton : Canton non précisé

Histoire de Saint-Dié-des-Vosges

La glorification de saint Déodat (B. Prot , 1662)
Lieu d'un peuplement celte dispersé comme en témoigne le camp surélevé de la Bure, dominant l'antique voie de transport du sel (route des Salates), la ville se fixa à partir du VIIe siècle autour du monastère fondé par saint Déodat. Sa fondation est réputée, en effet, dater de l'an 669.
En 1026, Léon IX fut nommé, avant son élévation au trône pontifical, grand-prévôt du chapitre de Saint-Dié. Il visita la ville après le concile de Mayence et combla de faveurs la collégiale.
Pierre d'Ailly, auteur de l'Imago Mundi (qui servit de référence aux voyages de Christophe Colomb) fut grand prévôt de Saint-Dié.
En 1507, une assemblée savante nommée Gymnase vosgien réunit autour du chanoine Vautrin Lud son propre neveu Nicolas, le cartographe Martin Waldseemüller, l'humaniste Mathias Ringmann et le latiniste Jean Basin. Ensemble ils éditèrent à Saint-Dié la première carte dénommant "America" — en hommage aux descriptions très minutieuses d'Amerigo Vespucci — le continent nouvellement découvert, ainsi qu'un livret explicatif, la Cosmographiae Introductio. Cette initiative vaut depuis à la ville le surnom de « Marraine de l'Amérique ».
Le 27 juillet puis le 6 septembre 1757, la ville fut la proie des flammes : 123 maisons furent détruites. Le duc de Lorraine Stanislas Leczinski reconstruisit la ville de 1758 à 1761 en la dotant d'un plan d'urbanisme cohérent développant les facilités de circulation.
À la mort de Stanislas, en 1766, la Lorraine fut réunie à la France. Ainsi, dès 1775, la ville devint siège épiscopal. C'est le premier évêché lorrain, Toul, Metz et Verdun n'ayant jamais été des possessions des ducs de Lorraine. Déjà en 1721, à l'époque de l'indépendance, il avait été question de créer à Saint-Dié un évêché. Le duc Léopold et le pape ayant conclu un accord, la France s'y opposa fermement et le projet fut remis sine die.
En 1793, le conseil de district débaptisa la ville au nom trop peu laïc et décréta qu'elle deviendrait Ormont. La silhouette de ce massif voisin remplaça même pendant quelque temps la croix de Lorraine sur le blason de la ville.
Proche des frontières, la ville eut souvent à souffrir des luttes armées. La guerre de Trente Ans l'avait déjà vue mise à sac par les Suédois en 1633 et 1639. En 1815, elle fut durement rançonnée . Occupée du 19 octobre 1870 au 2 août 1873, elle vit ses habitants soumis à de nombreuses amendes et réquisitions. De nouveau envahie, du 26 août au 11 septembre 1914 par les Allemands qui fusillèrent plusieurs habitants et incendièrent une partie du quartier de La Bolle, Saint-Dié fut libérée par les combats de la Chipotte et de la bataille du Grand Couronné. Elle devait rester jusqu'à l'armistice, à proximité des lignes (combats de la Fontenelle et du Spitzemberg au cours des années 1914 et 1915) et subir de nombreux bombardements par avions et canons. Elle reçut la Croix de guerre de la part du président Raymond Poincaré.
Occupée à partir du 22 août 1940, la ville fut partiellement incendiée et dynamitée par les troupes allemandes engagées dans les combats de la bataille de Bruyères en novembre 1944. Le projet de reconstruction proposé par Le Corbusier ne fut cependant pas suivi d'effet. Seule l'usine Claude et Duval, quai du Torrent, montre ce qu'aurait pu être le nouveau visage de la ville.
Blasonnement 
1°) D'azur, à une croix de Lorraine d'or côtoyée d'une S et d'un D de même, liés d'un ruban de gueules brochant sur le tout.
(Malte-Brun, la France illustrée, tome V, 1884)
2°) D'azur à une tour crénelée d'or, sommée de trois tourillons d'or.
(Malte-Brun, la France illustrée, tome V, 1884)
source : Wikipedia

Carte de Saint-Dié-des-Vosges

 
 
 
 
 
 
  Communes françaises
 
 
  Autres communes du canton
 
 
  Communes proches
 
 
  Départements français
01.Ain.  02.Aisne.  03.Allier.  04.Alpes-de-Haute-Provence.  05.Hautes-Alpes.  06.Alpes-Maritimes.  07.Ardèche.  08.Ardennes.  09.Ariège.  10.Aube.  11.Aude.  12.Aveyron.  13.Bouches-du-Rhône.  14.Calvados.  15.Cantal.  16.Charente.  17.Charente-Maritime.  18.Cher.  19.Corrèze.  21.Côte-d'Or.  22.Côtes-d'Armor.  23.Creuse.  24.Dordogne.  25.Doubs.  26.Drôme.  27.Eure.  28.Eure-et-Loir.  29.Finistère.  2a.Corse du Sud.  2b.Haute-Corse.  30.Gard.  31.Haute-Garonne.  32.Gers.  33.Gironde.  34.Hérault.  35.Ille-et-Vilaine.  36.Indre.  37.Indre-et-Loire.  38.Isère.  39.Jura.  40.Landes.  41.Loir-et-Cher.  42.Loire.  43.Haute-Loire.  44.Loire-Atlantique.  45.Loiret.  46.Lot.  47.Lot-et-Garonne.  48.Lozère.  49.Maine-et-Loire.  50.Manche.  51.Marne.  52.Haute-Marne.  53.Mayenne.  54.Meurthe-et-Moselle.  55.Meuse.  56.Morbihan.  57.Moselle.  58.Nièvre.  59.Nord.  60.Oise.  61.Orne.  62.Pas-de-Calais.  63.Puy-de-Dôme.  64.Pyrénées-Atlantiques.  65.Hautes-Pyrénées.  66.Pyrénées-Orientales.  67.Bas-Rhin.  68.Haut-Rhin.  69.Rhône.  70.Haute-Saône.  71.Saône-et-Loire.  72.Sarthe.  73.Savoie.  74.Haute-Savoie.  75.Seine.  76.Seine-Maritime.  77.Seine-et-Marne.  78.Yvelines.  79.Deux-Sèvres.  80.Somme.  81.Tarn.  82.Tarn-et-Garonne.  83.Var.  84.Vaucluse.  85.Vendée.  86.Vienne.  87.Haute-Vienne.  88.Vosges.  89.Yonne.  90.Territoire de Belfort.  91.Essone.  92.Hauts-de-Seine.  93.Seine-Saint-Denis.  94.Val-de-Marne.  95.Val-d'Oise.