La Tour-du-Crieu, 09100
Bienvenue à La Tour-du-Crieu, commune française de 1978 habitants située dans le département Ariège et la région Midi-Pyrénées.Vous trouverez ici quelques infos sur la commune et notre sélection de sites sur La Tour-du-Crieu.
     
 
 

La Tour-du-Crieu en bref

Département : Ariège
Code postal : 09100
Population : 1978 habitants
Région : Midi-Pyrénées
Arrondissement : Pamiers
Canton : Pamiers-Est

Histoire de La Tour-du-Crieu

L'ancien nom du village
Avant de narrer l'histoire de La Tour du Crieu, il convient de signaler que le nom actuel du village a été donné par décret le 15 octobre 1915 (donc sous Raymond Poincaré), après délibération du conseil municipal du 16 Août 1914. Se nommant auparavant "Les Allemans", on comprendra aisément ce changement lors de la Première Guerre mondiale. Plusieurs hypothèses ont été formulées sur l'origine de ce nom :
Bien qu'aucun texte ne semble justifier cette version, on raconte que Simon IV de Montfort, lors de la Croisade des Albigeois, comptait dans ses troupes des mercenaires allemands. Ceux-ci, vers 1209, vinrent s'installer près du Crieu et y fondèrent une communauté appelée "Alamani".
On possède une autre explication, manquant elle aussi de confirmation écrites : il s'agirait de commerçant allemands qui s'étaient établis non loin de Pamiers afin de faire le commerce du fer.
On notera que La Tour du Crieu s’est aussi appelé « Saint Paul du Crieu », Saint-Paul étant le saint patron du village.
Une fondation liée à l'abbaye Saint-Antonin de Pamiers
La première mention du village des Allemans est faite dans la liste des possessions de l'abbaye de Saint-Antonin de Pamiers, en 1249 (sous le pape Grégoire IX). La mention des Allemans n'étant pas faite dans le même type de liste en 1215 (sous Innocent III), on peut aisément dater la fondation officielle du village entre ces deux dates.
En 1295, Pamiers est érigé en évêché. Les Allemans devient alors propriété de l'abbaye Saint-Antonin (tout comme Villeneuve-du-Paréage et Saint-Amadou). Après le siège de Pamiers (aux alentours de 1250), un Château fort est érigé, prenant le nom de palais épiscopal.
Une possession disputée
Les Allemans et les territoires alentours font l'objet de contestations pendant près de quatre siècles (de la création du paréage des Allemans en 1308 jusqu'à l'établissement du cadastre par Napoléon Ier).
Le 29 juin 1308 est conclu un paréage entre le roi Philippe IV et Bernard Saisset, alors évêque de Pamiers. Ce paréage, appelé "pariage des Allemans" ("Alamanis" dans le texte latin) forme une viguerie royale qui comprend une bonne quantité de villages alentours. Ainsi le château et le village sont en Languedoc et dépendent de la sénéchaussée de Carcassonne (dépendance encore attesté en 1443). On établi le siège de la justice dans le village des Allemans.
Les bois de Boulbonne qui entourent Les Allemans sont en co-propriété entre le comte de Foix, la ville et l'évêque de Pamiers, les abbés de Saint-Antonin et de Boulbonne. On notera la présence des forêts et des terres agricoles de Boulbonne dans le livre terrier de 1776.
On pourra ajouter que la commune de La Tour du Crieu faisait partie de l’arrondissement de Pamiers en 1801, puis passe à celui de Foix en 1926, enfin dans celui de Pamiers en 1942.
L'inquisition
Le fait le plus marquant de l'histoire des Allemans est la présence en ses murs du tribunal d'Inquisition contre les hérétiques cathares. On notera entre 1318 et 1325 au moins 34 interventions de ce tribunal dans la prison du château épiscopal de Jacques Fournier (futur Benoît XII), alors évêque de Pamiers et Seigneur des Allemans de 1317 à 1326. Quelques noms sont parvenus jusqu'à nous : Pèire Maury, berger de Montaillou et hérétique, y fut emprisonné ; Pierre Clerc de Montaillou, Armand Tiseyre de Lordat, Jean Roques de la Salvetat, Pierre de Tignac... sont mort dans cette prison.
Aujourd'hui encore quelques noms de rues rapellent ce passé comme la "rue de l'inquisition" ou la "rue du bucher"...
Les guerres de religions
Comme à Pamiers, Les Allemans fut le lieu d'affrontement lors des guerres de religion. Ainsi, en 1621, le juge des Allemans (un Huguenot nommé Lacvivier) fait brûler l'église du village après y avoir fait donner 15 ou 16 cannonades.
Un lieu de résistance
Durant la Seconde Guerre mondiale, le domaine du château de Bonrepaux (qui avait appartenu à l'abbaye de Boulbonne) servit de caches et de boîtes à lettres pour la Résistance.
source : Wikipedia

Carte de La Tour-du-Crieu

 
 
 
 
 
 
  Communes françaises
 
 
  Autres communes du canton
 
 
  Communes proches
 
 
  Départements français
01.Ain.  02.Aisne.  03.Allier.  04.Alpes-de-Haute-Provence.  05.Hautes-Alpes.  06.Alpes-Maritimes.  07.Ardèche.  08.Ardennes.  09.Ariège.  10.Aube.  11.Aude.  12.Aveyron.  13.Bouches-du-Rhône.  14.Calvados.  15.Cantal.  16.Charente.  17.Charente-Maritime.  18.Cher.  19.Corrèze.  21.Côte-d'Or.  22.Côtes-d'Armor.  23.Creuse.  24.Dordogne.  25.Doubs.  26.Drôme.  27.Eure.  28.Eure-et-Loir.  29.Finistère.  2a.Corse du Sud.  2b.Haute-Corse.  30.Gard.  31.Haute-Garonne.  32.Gers.  33.Gironde.  34.Hérault.  35.Ille-et-Vilaine.  36.Indre.  37.Indre-et-Loire.  38.Isère.  39.Jura.  40.Landes.  41.Loir-et-Cher.  42.Loire.  43.Haute-Loire.  44.Loire-Atlantique.  45.Loiret.  46.Lot.  47.Lot-et-Garonne.  48.Lozère.  49.Maine-et-Loire.  50.Manche.  51.Marne.  52.Haute-Marne.  53.Mayenne.  54.Meurthe-et-Moselle.  55.Meuse.  56.Morbihan.  57.Moselle.  58.Nièvre.  59.Nord.  60.Oise.  61.Orne.  62.Pas-de-Calais.  63.Puy-de-Dôme.  64.Pyrénées-Atlantiques.  65.Hautes-Pyrénées.  66.Pyrénées-Orientales.  67.Bas-Rhin.  68.Haut-Rhin.  69.Rhône.  70.Haute-Saône.  71.Saône-et-Loire.  72.Sarthe.  73.Savoie.  74.Haute-Savoie.  75.Seine.  76.Seine-Maritime.  77.Seine-et-Marne.  78.Yvelines.  79.Deux-Sèvres.  80.Somme.  81.Tarn.  82.Tarn-et-Garonne.  83.Var.  84.Vaucluse.  85.Vendée.  86.Vienne.  87.Haute-Vienne.  88.Vosges.  89.Yonne.  90.Territoire de Belfort.  91.Essone.  92.Hauts-de-Seine.  93.Seine-Saint-Denis.  94.Val-de-Marne.  95.Val-d'Oise.