Vaudreching, 57320
Bienvenue à Vaudreching, commune française située dans le département Moselle et la région Lorraine.Vous trouverez ici quelques infos sur la commune et notre sélection de sites sur Vaudreching.
     
 
 

Vaudreching en bref

Département : Moselle
Code postal : 57320
Population : 0 habitants
Région : Lorraine
Arrondissement : Boulay-Moselle
Canton : Bouzonville

Histoire de Vaudreching

L'origine de son nom
Son nom a subi au cours des siècles de très nombreuses transformations. Sa première forme date de 1179 : Valdraca ou Waldraca. En 1210 on retrouve la trace du nom Valdercka , puis Waldinga en 1314 et Waldrick en 1319. En 1450, on lit le nom Valdergyen, puis Walderca et Walderchen en 1544, Weyllingn en 1594. Le nom de Valerchen apparaît en 1599, puis Valderchen en 1606, Vallerka en 1633 et encore Valdrechen. Ce n'est qu'en 1741 qu'apparaît son nom actuel: Vaudrechin (sans g). Puis, en 1779, peu avant la révolution, le nom actuel Vaudreching, parfois écrit sans g. De 1871 à 1918, Vaudreching prend le nom de Wallerchen (très voisin de la dénomination actuelle Walachen en francique). Sous l'occupation (1941 - 1944), les autorités allemandes reprennent l'ancienne dénomination Valdrick pour en faire Waldreich (village riche en bois). À la libération le nom Vaudreching est reconduit.
Les seigneurs
En 1033, lors de la fondation de l'abbaye de Bouzonville, Vaudreching fait partie des terres de l'abbaye avec les droits seigneuriaux et ecclésiastiques.
Vers 1030 lorsque Adalbert rentre de Terre Sainte après la Croisade, sa femme Judith qui n'espérait plus son retour avait transformé le château de Bouzonville en abbaye, aussi ils se retirèrent à la maison prévôtale de Vaudreching où Adalbert mourut le 30 juin 1034.
En septembre 1281, Ferry III, duc de Lorraine, achète des prés et des champs des bénédictins à Vaudreching.
Les Bénédictins de Bouzonville élèvent à Vaudreching un moulin, une maison seigneuriale et une métairie qui sont en franchise de toutes charges vis-à-vis de la cour des comptes de Lorraine.
L'abbaye de Rettel y avait aussi des biens.
En 1585, Vaudreching est une possession du duc de Lorraine dans la châtellenie de Bérus mais uniquement pour la haute justice.
Le 19 août 1599, les plaids annaux précisent que les habitants de Vaudreching qui trouvent dans la forêt des mouches à miel, peuvent couper l'arbre qui les porte mais doivent donner la moitié des abeilles à l'abbaye de Bouzonville.
On nous apprend aussi que la haute justice appartenait à la justice bailliagère ducale de Bérus.
En 1599 le seigneur de Bourg-Esch exerce depuis longtemps les fonctions de voués pour l'abbaye de Bouzonville et il y possède une maison appelée maison de Bourgesch. Les seigneurs voués perçoivent les mêmes droits que l'abbaye de Bouzonville : chaque habitant doit annuellement à la St Remy, une quarte de froment par quart de jour de terre cultivée. Chaque habitant paie aussi en Schafftgeld 3 frs 10 gros par an et chaque maison bâtie doit une oie à la St Etienne du mois d'août et une poule au Carnaval. D'après le recensement du 12 septembre 1701, Christophe Guillaume de Haen perçoit à Vaudreching 28 oies et 28 poules provenant des maisons de la vouerie : ces maisons sont celles de Samson Kab, Nicolas Heitz, Péter Philippes, Johannes Pick, Seimetz Schumacher, Adams Bernz, Léonard Fink, Jean Klamm, Pierre Lesieur, Adam Jàger et les masures de Pierre Philippe, de Jean Pick, Adam Berenz, Jean Oliger, Nicolas Scholer, Worin Zeller, Johann Schlinckert, Johannes Karcher, Schmietz Michel, Welsch Sontag, Diderich Kolbus, Clés Dûppenweiller, Jean Lanios, Heisen Dietz, Clas Oliger, Nicolas Johann, Birker Mathes et Nicolas Heitz.
Pardevant moy, Tabellion général en Lorraine et gardenotte de la prévôté de Vaidrevange, Bouzonville et terre de Bérus, ont comparu en personne le Sieur Christophe Guillaume de Haën, chevalier, seigneur avoué de Bouzonville et Vaudreching, afiablé de messire Philippe François de Haën, chevalier, seigneur de Bourg-Esch, capitaine et prévôt pour S.A. Roy, offices de Siesbourg, Merzig et Sargau, lequel nous a déclaré qu'en conformité des anciens actes du château et Seigneurie de Bourg-Esch et ceux de son passage à lui obtenus, il lui est du annuellement sur les maisons pour sa vouerie dans les villages de Bouzonville et de Vaudreching la quantité de 39 oies et pareil nombre de poules non compris celles qui sont dues comme salaires aux mayeurs et sergents des lieux dont il se nomme que dedans le lieu de Bouzonville il l'a payé ordinairement onze oies et autant de poules et à Vaudreching vingt huit oies et vingt huit poules; faisant en tout dans les deux lieux trente neuf de chacune des deux espèces, y compris une maison à Guisching (outre ceux qui sont dues aux mayeurs et sergents) et comme par le malheur des gueux la plus part des maisons sont tombées en ruines et redevenu masures, il avait fait assembler les moines et gens de justice des lieux pour faire ma déclaration des maisons et masures sujettes au paiement des oyes et des poulies. En conséquence de quoi ils avaient déclarés que sur toutes maisons... sur le fond de la vouerie dans lesquelles la fumée, la ...... et l'eau goutte, ils doivent au sergent voué qui est présentement le sieur Christophe Guillaume de Haën pour chacun an dans le temps de Carnavales une poulie et au jour de la St Estienne au mois d'août un® oye et que dedans le lieu de Bouzonville il n'y a présentement que deux maisons en état situées sur la vouerie dont l'une est habitée par Jean Lanios et l'autre par Jean Reichart et que les autres au nombre de neuf sont réduites en masures desquelles les Révérends Pères de l'abbaye de Bouzonville auraient compris deux dans la clôture de leur jardin dont l'une appartenait à Péter Wirts et l'autre à Péter Schlincquerts et quant aux autres sept, des masures. Une appartient à Friderich Meyer, la seconde à Dietz Becker, la troisième à Péter Claude, la quatrième à Diederique Steinmetzer, la cinquième à Hilten Johann, la sixième à Schauten Johannes, la septième à Mathes Clam situé au lieu. Bien entendu néanmoins quand il y a différents ménages dans une même maison faisant différents feux chacun doit payer une poule et une oye en particulier et que ainsy le nombre des oyes et poulies se peut augmenter et diminuer et quant au village de Vaudreching il se trouvait présentement dix maisons en états toutes dépendantes de la vouerie et vingt et une réduites en masures lesquelles toutes sont sujet au payement des oyes et poulies dont celles qui sont encore en état sont appelées comme s'ensuit:
la maison de Meyers Samson Kab la maison de Nicolas Heitz la maison de Joannes Pick la maison de Seimetz Schumacher la maison d'Adams Berenz la maison de Léonard Finck la maison de Jean Klaum ou Klanun la maison de Pierre Le Sieur la maison d'Antoine Jàger
Item une masure aux époux Pierre Philippe dont les héritiers ne sont pas encore connus Item une masure appartenante à Jean Pick Item encore une masure située au cotte appartenante au même Jean Pique Item une masure appartenante à Adam Berenz Item une masure appartenant à Jean Oliger Item une masure appartenant à Nicolas Scholer Item une masure appartenant à Worn Zeller etconsors Une grange qui était ci-devant une maison appartenant aux héritiers de Zeimetz Schumacker Item une masure appartenant aux héritiers de Jean Schlinkert Item une masure appartenant à Joannes Karcher Item une masure appartenant à Schrictz Michel Item une masure appartenant aux héritiers de Welsch Sontag Item une masure appartenant à Diderich Kolbus située entre les Diderich Kolbus et Hans Klamm Item une masure appartenant à Ches Dûppenweiller Item une masure appartenant à Jean Lanios et consors Item une masure appartenant à Heisen Dietz et consors Item une masure appartenant à Clas Oliger Item une masure appartenant aux héritiers de Nicolas Johann Item une masure appartenant aux héritiers de Birker Mathes Item une masure appartenant aux héritiers de Nicolas Heitz
Déclarons les mayeurs et échevins et gens de justice ne "savais aucune autre maison ni masure sujette aux droits dépendant de la vouerie. Proposons cependant si il ouï une quelque autre à leur connaissance de la vérifier aussitôt qu'il y sera venue. En sus de quoi, ils ont signé et sous-marqué les présentes conjointement aux Messieurs Christophe Guillaume et Philippe François de Haên avec moi tabellion soussigné résident à Bouzonville.
Bouzonville le douzième septembre mil sept cent un.
En août 1599, Jean Huait, lieutenant général du bailliage reconnaît que l'abbé de Bouzonville a le droit de prélever un droit de panage de 4 pricottes sur les pores chassés à la glandée dans la forêt de Vaudreching de la St Remy à la Ste Gertrude le 17 mars. Le surplus de la glandée après le 15 novembre est à partager entre l'abbé et la communauté. En 1599 sur plainte de l'abbé contre les excès des habitants de Vaudreching, le lieutenant général décide que les gens pourront prendre du bois de maronage et d'affouage mais avec interdiction d'en revendre.
En 1600 les héritiers des seigneurs de Siersberg vendent leurs droits au maître des rentes, Ludwin Bockenheimer, de Vaudreching avec l'accord de Charles III de Lorraine.
En 1611 Jean Louis de Hohensaxen est seigneur foncier suite au partage de lachâtellenie de Bérus.
En 1616, Henri de Lorraine, abbé commendataire de l'abbaye de Bouzonville, afferma la maison franche de Vaudreching et le droit de tenir troupeau à part à Mathieu Croizet, receveur de l'abbaye à la condition de fournir les bêtes mâles pour Bouzonville.
La forêt de Vaudreching et d'AIzing que possédait l'abbaye de Bouzonville couvrait 1500 arpents.
En 1619 le sieur Nicolas Pistor prononce un arbitrage entre les abbayes de Freistroff et de Bouzonville à propos des terres sises à Vaudreching. L'abbaye de Bouzonville était propriétaire des forêts de Vaudreching et souvent elles étaient l'objet de litiges avec les habitants en particulier à propos des droits de glandée.
L'abbaye de Bouzonville a tous les droits de juridiction à Vaudreching., sauf la haute justice qui appartient à la châtellenie de Bérus.
Le 3 juillet 1681 Georges Armand de Zandt fait ses aveux et dénombrements pour les dépendances de sa maison de Siersberg brûlée en 1677. Y figure en particulier Vallerchen.
De Haen cède à de Chaise la moitié de la vouerie de Bouzonville et de Vaudreching en 1740 moyennant 6000 livres consistant en la moitié de 43 quartes et demie de blé, mesure de Vaudrevange, faisant 40 mesures de Sarrelouis et 2 quartes d'avoine, la moitié des poules et des oies dues par les propriétaires et porterions de ladite vouerie soit 14 poules et autant d'oies.
En niai 1755 le grand veneur de Lorraine, le comte Jacques de Lignéville, grand bailli de Boulay, se réserve le droit de chasse dans les forêts de Vaudreching.
En 1762, le domaine royal de Bouzonville et Vaudreching fut ascensé à Pierre SCHOLTUS, greffier en chef des eaux et forêts de Bouzonville. Ce domaine était constitué de 2 parties : la première venait du domaine de Bouzonville et comprenait des droits à Vaudreching, ainsi que les hautes amendes champêtres et le droit de troupeau à part. La seconde partie relevait du domaine de Bérus et comprenait les redevances et droits dus au roi par les communautés de Bouzonville, Vaudreching , AIzing et Edling. Le tout était ascencé pour 800 livres par an.
Location des droits domaniaux appartenant au Roy dans les domaines de Bouzonville et Bérus sis à Bouzonville, Vaudreching, AIzing, Schreckling, Voeifling, Ediing et Brettnach à l'exception : du droit de bouchon et d'enseigne des corvées dues au château de Bérus des droits de "faciene" de bière des droits de jauge des droits de "rifflerie" et de "chatrerie"
Le tout est adjugé pour 1.600 livres à Pierre SCHOLTUS, receveur des bois et greffier des la maîtrise de Bouzonville.
source : Wikipedia

Carte de Vaudreching

 
 
 
 
 
 
  Communes françaises
 
 
  Autres communes du canton
 
 
  Communes proches
 
 
  Départements français
01.Ain.  02.Aisne.  03.Allier.  04.Alpes-de-Haute-Provence.  05.Hautes-Alpes.  06.Alpes-Maritimes.  07.Ardèche.  08.Ardennes.  09.Ariège.  10.Aube.  11.Aude.  12.Aveyron.  13.Bouches-du-Rhône.  14.Calvados.  15.Cantal.  16.Charente.  17.Charente-Maritime.  18.Cher.  19.Corrèze.  21.Côte-d'Or.  22.Côtes-d'Armor.  23.Creuse.  24.Dordogne.  25.Doubs.  26.Drôme.  27.Eure.  28.Eure-et-Loir.  29.Finistère.  2a.Corse du Sud.  2b.Haute-Corse.  30.Gard.  31.Haute-Garonne.  32.Gers.  33.Gironde.  34.Hérault.  35.Ille-et-Vilaine.  36.Indre.  37.Indre-et-Loire.  38.Isère.  39.Jura.  40.Landes.  41.Loir-et-Cher.  42.Loire.  43.Haute-Loire.  44.Loire-Atlantique.  45.Loiret.  46.Lot.  47.Lot-et-Garonne.  48.Lozère.  49.Maine-et-Loire.  50.Manche.  51.Marne.  52.Haute-Marne.  53.Mayenne.  54.Meurthe-et-Moselle.  55.Meuse.  56.Morbihan.  57.Moselle.  58.Nièvre.  59.Nord.  60.Oise.  61.Orne.  62.Pas-de-Calais.  63.Puy-de-Dôme.  64.Pyrénées-Atlantiques.  65.Hautes-Pyrénées.  66.Pyrénées-Orientales.  67.Bas-Rhin.  68.Haut-Rhin.  69.Rhône.  70.Haute-Saône.  71.Saône-et-Loire.  72.Sarthe.  73.Savoie.  74.Haute-Savoie.  75.Seine.  76.Seine-Maritime.  77.Seine-et-Marne.  78.Yvelines.  79.Deux-Sèvres.  80.Somme.  81.Tarn.  82.Tarn-et-Garonne.  83.Var.  84.Vaucluse.  85.Vendée.  86.Vienne.  87.Haute-Vienne.  88.Vosges.  89.Yonne.  90.Territoire de Belfort.  91.Essone.  92.Hauts-de-Seine.  93.Seine-Saint-Denis.  94.Val-de-Marne.  95.Val-d'Oise.