Pantin, 93500
Bienvenue à Pantin, commune française de 47303 habitants située dans le département Seine-Saint-Denis et la région Ile-de-France.Vous trouverez ici quelques infos sur la commune et notre sélection de sites sur Pantin.
     
 
 

Pantin en bref

Département : Seine-Saint-Denis
Code postal : 93500
Population : 47303 habitants
Région : Ile-de-France
Arrondissement : Bobigny
Canton : Canton non précisé

Histoire de Pantin

Les origines
Des traces archéologiques attestent de l'occupation du territoire de Pantin par des populations celtes à l'âge du bronze.
Les Romains ayant aménagé une voie entre Lutèce et Trèves (ancètre de la Nationale 3), une occupation permanente du site est attestée au IIe siècle.
La paroisse fut créée à la suite de la visite de l'évêque d'Auxerre, le futur Saint-Germain, à qui elle est dédiée.
Le premier acte connu où le nom de Penthinum apparaît est un acte du XIe siècle, accordant le domaine de Pantin au prieuré de Saint-Martin des Champs.
En 1197-1198, le prieur de Saint-Martin des Champs Robert accorde aux villageois une charte de franchise, en exemptant de toute imposition les terres précédemment données à champart.
En 1411, le village est mis à sac par les Armagnacs, lors de la Guerre de Cent Ans et, en 1499, le fief de Pantin est loué par le Prieuré au contrôleur du grenier à sel de Melun.
L’abbaye de Saint-Denis possède un péage sur le chemin de Pantin qu’elle afferme à partir du XVIIe siècle.
La fin de l'Ancien régime et la Révolution
Circonscriptions administratives d'Ancien Régime[1]
Circonscriptions religieuses : Paroisse : Pantin ; Doyenné : Chelles ; Archidiaconné : Paris ; Diocèse : Paris
Circonscriptions administratives : Intendance : Paris ; Élections : Paris ; Subdélégation : Saint-Denis ; Grenier à sel : Paris ; Coutume : Paris ; Parlement : Paris ; Baillage : Prévôté de Paris ; Gouvernement : Île-de-France
Hôtes de marque de Pantin au XVIIIe siècle[2]
À cette époque, le village de Pantin attire de nombreuses personnalités, séduites par son « bon air ».
On connaît la présence de la société de Morville qui possédait un théâtre à Pantin dans les années 1730 : « Nous avions loué une maison et un théâtre à Pantin... M. de Caylus le dirigeait, M. d'Armenonville y jouait les premiers rôles. Nous y avons joué plusieurs comédies de M. de Coypel, qui n'ont pas vu le jour ».
Aucun document ne permet pour le moment d’établir la présence de la danseuse Camargo.
Celle de Beaumarchais est en revanche bien attestée. Son mariage en 1768 avec une riche veuve lui procure des biens considérables sur Pantin : une douzaine de maisons louées aux villageois, de nombreux terrains ainsi qu’une splendide résidence de campagne revendue en mars 1774, située à la hauteur du 123 avenue Jean-Lolive.
Mais la plus célèbre de ces « stars » reste bien évidemment la danseuse Guimard, dont la maison occupait l’actuelle école Charles-Auray.
La ville de Pantin vient d’ailleurs de donner son nom à une petite rue près du Canal.
À quelques encâblures, son éternelle rivale Anne Victoire Dervieux achète aussi une maison en 1776, d’ailleurs vite revendue et qui échoira ensuite à la femme du célèbre danseur Maximilien Gardel.
Le rôle de taille de 1783 dévoile la présence dans le village du musicien Rodolphe, l’ami de Mozart.
Quant à Étienne Méhul, sa tante avait acheté en 1809 une petite propriété située près de l’église où il se livre à sa grande passion des fleurs (en particulier les tulipes) et dont il héritera.
En 1790, la commune perd la paroisse du Pré-Saint-Gervais qui obtient son autonomie.
Le temps des transformations : le XIXe siècle
La gare de Pantin fut construite en 1864, favorisant les déplacements des habitants et le développement économique de la commune.
Cliquez sur une vignette pour l'agrandir.
En 1875, le Canal de l'Ourcq et la ligne de chemins de fer divisent la ville en deux quartiers: le Village et les Quatre-Chemins. Ce dernier quartier est excentré, et les Pantinois de la Petite Prusse(nom que l'on donnait au quartier neuf, car il abritait une population majoritairement lorraine et alsacienne) demandent la sécession. La demande d'érection en commune indépendante est refusée. Mais le maire écoute les demandes et tient ses engagements: un lieu de culte est construit au bord de la route de Flandre et un Hôtel de ville est bâtit près du Canal, inauguré en 1886.
C'est dans l'ancienne usine d'allumettes que fut découverte la pâte inoffensive au sesquisulfure de phosphore qui remplaça le dangereux phosphore blanc.
De la Première à la Seconde Guerre mondiale
Le 5 septembre 1914, des taxis parisiens réquisitionnés prennent en charge les unités d'infanterie à la gare de Pantin au fur et à mesure de leur débarquement des trains pour les transporter sur le front lors de la première bataille de la Marne.
La commune subit de graves destructions au cours de bombardements pendant la Seconde Guerre mondiale.
L'industrie à Pantin au XXe siècle
Après avoir remporté la course de la côte d'Argenteuil sur une bicyclette à moteur en avril 1921, Charles Benoît crée en 1923, avec Abel Bardin, les ateliers de la Motobécane, qui créent leur usine rue Beaurepaire. Leur premier modèle, la 175, atteint 50 km/h et son succès est tel qu'on imagine une version "dame" et une version "ecclésiastique". Leur gamme s'étoffera avec la commercialisation de la 308 cc Motoconfort.
En 1923 également, Eugène Haug reconstruit les Grands moulins de Pantin, une minoterie industrielle bâtie sur le même modèle que les Grands moulins de Paris et ceux de Créteil.
L'après-guerre
La ligne 5 du métro a été prolongée de la Gare du Nord à l'église de Pantin en 1942. Cette station resta le terminus de la ligne jusqu'en 1985. De ce fait, une importante gare routière était installée devant l'église, où de nombreux bus de la banlieue est avaient leur terminus.
En 1959 commence la construction des Courtillières, conçues par Emile Aillaud. C'est l'un des premiers « grands ensembles » de la région parisienne, accueillant 1500 logements. Au moment de sa construction, il était considéré comme le plus long bâtiment d'Europe. Il est composé d'un centre commercial et de trois immeubles, A, B, C le plus long. Des édifices publics sont venus compléter ce qui au début n'était que des immeubles d'habitation. Crèches, Ecoles maternelles et primaires, collège, gymnases, Maison de quartier, bibliothèque, Centre de santé ont été construits. Un Grand Projet de Ville (G.P.V.)devra permettre la réhabilitation de cet ensemble longtemps laissé à l'abandon.
source : Wikipedia

Carte de Pantin

 
 
 
 
 
 
  Communes françaises
 
 
  Autres communes du canton
 
 
  Communes proches
 
 
  Départements français
01.Ain.  02.Aisne.  03.Allier.  04.Alpes-de-Haute-Provence.  05.Hautes-Alpes.  06.Alpes-Maritimes.  07.Ardèche.  08.Ardennes.  09.Ariège.  10.Aube.  11.Aude.  12.Aveyron.  13.Bouches-du-Rhône.  14.Calvados.  15.Cantal.  16.Charente.  17.Charente-Maritime.  18.Cher.  19.Corrèze.  21.Côte-d'Or.  22.Côtes-d'Armor.  23.Creuse.  24.Dordogne.  25.Doubs.  26.Drôme.  27.Eure.  28.Eure-et-Loir.  29.Finistère.  2a.Corse du Sud.  2b.Haute-Corse.  30.Gard.  31.Haute-Garonne.  32.Gers.  33.Gironde.  34.Hérault.  35.Ille-et-Vilaine.  36.Indre.  37.Indre-et-Loire.  38.Isère.  39.Jura.  40.Landes.  41.Loir-et-Cher.  42.Loire.  43.Haute-Loire.  44.Loire-Atlantique.  45.Loiret.  46.Lot.  47.Lot-et-Garonne.  48.Lozère.  49.Maine-et-Loire.  50.Manche.  51.Marne.  52.Haute-Marne.  53.Mayenne.  54.Meurthe-et-Moselle.  55.Meuse.  56.Morbihan.  57.Moselle.  58.Nièvre.  59.Nord.  60.Oise.  61.Orne.  62.Pas-de-Calais.  63.Puy-de-Dôme.  64.Pyrénées-Atlantiques.  65.Hautes-Pyrénées.  66.Pyrénées-Orientales.  67.Bas-Rhin.  68.Haut-Rhin.  69.Rhône.  70.Haute-Saône.  71.Saône-et-Loire.  72.Sarthe.  73.Savoie.  74.Haute-Savoie.  75.Seine.  76.Seine-Maritime.  77.Seine-et-Marne.  78.Yvelines.  79.Deux-Sèvres.  80.Somme.  81.Tarn.  82.Tarn-et-Garonne.  83.Var.  84.Vaucluse.  85.Vendée.  86.Vienne.  87.Haute-Vienne.  88.Vosges.  89.Yonne.  90.Territoire de Belfort.  91.Essone.  92.Hauts-de-Seine.  93.Seine-Saint-Denis.  94.Val-de-Marne.  95.Val-d'Oise. 
 

Pantin -