Clichy-sous-Bois, 93390
Bienvenue à Clichy-sous-Bois, commune française de 28180 habitants située dans le département Seine-Saint-Denis et la région Ile-de-France.Vous trouverez ici quelques infos sur la commune et notre sélection de sites sur Clichy-sous-Bois.
     
 
 

Clichy-sous-Bois en bref

Département : Seine-Saint-Denis
Code postal : 93390
Population : 28180 habitants
Région : Ile-de-France
Arrondissement : Le Raincy
Canton : Le Raincy

Histoire de Clichy-sous-Bois

Les origines
La ville porta successivement les noms de Cleppius à l'époque romaine, puis Clippiacum superius dans un texte datant de 636, Clichiacum au XIIe siècle, puis Clichy-en-Aulnois à la Révolution française.
La clairière du pays des aulne a été occupée dès le néolithique comme l'atteste la découverte d'armes et outils de silex.
Le Moyen Âge
Clichy-sous-Bois était autrefois une clairière de la forêt de Bondy, qui s'étendait jusqu'au XIXe siècle de Bondy à Coubron et recouvrait toute la région. Cette terre riche en pâturages et vignes fut octroyée par le roi Dagobert en 632 à l'abbaye de Saint-Denis. Le lieu appartient ensuite aux seigneurs de Livry alors que la cure dépend de l’abbaye de Livry. En 1261, les chevaliers de l'ordre du Temple achètent à Eudes de Rosay et André de Clichy le fief du Rosay, et y fondent une commanderie sur la route de Coubron - il subsiste de nos jours les fondations de cette forteresse - puis en 1267, Henri de Grandpré, seigneur de Livry, cède à l'ordre 280 arpents de bois et de terres, ainsi que les droits afférents, incluant les droits de justice. Les Templiers développent les pâturages et la vigne en défrichant la forêt ; mais ils en sont dépossédés en 1312 par Philippe le Bel au profit de l'ordre des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, également connu sous le nom d'ordre de Malte. Le grand prieur de France en restera le seigneur jusqu'à la Révolution française.
Au Moyen Âge se développe le pèlerinage à la source où avait eu lieu le miracle attribué à la Vierge. Durant le XIIIe siècle en effet, trois marchands angevins furent attaqués et dévalisés par des brigands puis attachés à trois arbres de la forêt de Bondy. Ils reçurent selon la légende le secours de la Vierge. À cette époque, une chapelle est édifiée afin de commémorer ce miracle. La source qui coulait à proximité considérée comme miraculeuse connaît un culte fervent : de nombreux récipients à boire furent retrouvés lors de fouilles.
Les temps modernes
La giboyeuse forêt de Bondy est un terrain de chasses royales : Charles V puis Henri IV y courrent le renard. Un rendez-vous de chasse puis des châteaux fûrent édifiés sur le territoire du village. Au XVIIe siècle, le châtelain le plus important est un magistrat, le Président de Mesmes. Les équipages royaux et seigneuriaux y chassent, ceux du prince de Dombes, petit-fils de Louis XIV, sont rachetés en 1785 par le duc d’Orléans, propriétaire du château du Raincy, qui fréquente à son tour la forêt à la fin du XVIIIe siècle.
Au siècle des Lumières, le village est un foyer huguenot et possède un vaste cimetière protestant. À cette époque, le financier Le Bas de Courmont, fermier général, rachète le domaine du marquis de Livry ; il dote le village d'un maître d'école qui a pour mission d'éduquer gratuitement les enfants. Il est arrêté durant la Révolution puis guillotiné avec le chimiste Lavoisier le 6 mai 1794.
La Révolution et le XIXe siècle
À la période révolutionnaire, le village de Clichy compte un peu plus de 100 habitants, qui désignent le 6 janvier 1790 la première municipalité : Clichy devient une commune.
Puis la vie de la commune un moment agitée par les litiges avec son voisin Livry se met en sommeil jusqu’en 1814 où Alexandre, tsar de Russie, séjourne dans un des châteaux d’où il contemple Paris. François Christophe Kellermann, Duc de Valmy, réside également à Clichy.
En 1820, le village n'atteint que 150 habitants. Sous Louis-Philippe, la première mairie-école est construit. C'est en 1851 que Clichy-en-Aulnois devient Clichy-sous-Bois. Le village est alors peu concerné par la révolution industrielle. Livry et Gagny cèdent des terrains en 1869 pour la création de la nouvelle commune du Raincy. La commune souffre beaucoup des combats durant la guerre de 1870 : les clichois fuient le village qui est alors occupé et saccagé par 10 000 Prussiens.
Le XXe siècle
En 1912, le village compte 1 434 habitants ; l’école du Plateau est édifiée à cette époque. Pendant la Première Guerre mondiale, les combats ôtent 68 hommes à la commune. Durant l’entre-deux-guerres, Clichy-sous-Bois conserve sa parure de bois, restes de la forêt de Bondy et le progrès n’a guère atteint la commune : pas ou peu d’éclairage public, toujours pas de tout à l’égout, pas d’enlèvement des ordures ménagères. Trois employés de mairie, trois cantonniers, quatre femmes de service couvrent les besoins de la population. En 1934 la première école du Chêne Pointu est bâtie. La vie villageoise continue toujours aussi agreste : il n’est pas rare de voir passer des vaches dans les rues du bourg qui possède encore trois fermes.
L’occupation allemande durant la Seconde Guerre mondiale n’oublie pas Clichy-sous-Bois. Mais c'est dans les années 1950 et surtout les années 1960 que débutera la transformation radicale de la commune : l’urbanisation débutera dès 1955, année où s’édifie une première résidence : « La Pelouse ». Elle fut suivie de nombreuses autres, résidences privées (Le Chêne Pointu, Les Bosquets...) puis cités HLM (Orly-parc, ...).
En effet, en 1960, un ambitieux plan d’urbanisme est dessiné par Bernard Zerfhuss, architecte Grand prix de Rome, sur les principes du mouvement moderne : « espace, lumière, nature».
Le plan masse de cette opération immobilière privée prévoyait la construction de 10 000 logements, qui s’étendaient du Bas-Clichy jusque sur le plateau en suivant la topographie naturelle du lieu.
Finalement ce ne sont que 1600 logements qui se construisent dans le bas Clichy – copropriétés du Chêne Pointu, de STAMU II - et 1500 à Montfermeil en copropriété : la résidence des Bosquets. Une autoroute, l'A87, devait relier les deux pôles de développement du nord-est de l’Île-de-France : l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle au Nord et la ville nouvelle de Marne-la-Vallée au Sud, en traversant Clichy qui aurait été desservie par un vaste échangeur. Mais cet axe structurant n’a jamais été réalisé vu l'opposition des habitants et élus des communes concernées par le projet. Ce plan d’aménagement resté incomplet laisse aujourd’hui les deux villes de Clichy et Montfermeil avec un tissu urbain destructuré et dans une situation problématique d’enclavement malgré l’agrément du lieu en bordure de la forêt de Bondy. A la fin des années 1970, la ville met en place un chauffage expérimental par géothermie.
Le XXIe siècle
Le 27 octobre 2005, des adolescents fuient un contrôle de police. Trois d'entre eux sont poursuivis. Ils se réfugient dans un terrain clos appartenant à EDF et se cachent dans une bâtiment abritant une réactance. Bouna Traoré et Zyed Benna y meurent électrocutés. Le troisième, Muhittin Altun, bien que grièvement brûlé, s'échappera et donnera l'alerte.
Suite à cela, des émeutes éclatent à la cité du Chêne-pointu entre jeunes et forces de l'ordre. Elles se prolongent dans de nombreuses villes et banlieues françaises, justifiant l'instauration de l'État d'urgence dans 25 départements du 8 novembre 2005 au 4 janvier 2006.
Le projet de rénovation urbaine de Clichy-Montfermeil
Chemin des Postes
Le 17 décembre 2004 a été signé une convention[2] entre l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) et l'ensemble des partenaires concernés pour financer le Projet de rénovation urbaine (PRU) du quartier du Plateau situé à cheval sur les villes de Clichy-sous-bois et de Montfermeil, ainsi que le quartier du bas-Clichy.
Ce projet de 324,5 millions d'euros, l'un des plus importants de la région parisienne, concerne 3.700 logements dont
1.398 seront démolis,
1.548 seront construits
921 seront réhabilités
1.353 seront résidentialisés
et permettra la création d'espaces publics et d'équipements.
Les objectifs du PRU sont :
la modification radicale de l'urbanisme et de l'habitat du grand ensemble ;
la recomposition du réseau de voiries et du paysage urbain, par la requalification des voiries existantes et la création de nouvelles rues, l'aménagement de cheminements paysagers assurant la liaison vers les principaux espaces verts de la communauté d'agglomération  ;
la requalification générale des équipements et services publics (création d'un véritable centre-ville et la réhabilitation du Parc de la mairie au Bas-Clichy, requalification des équipements scolaires et des principaux équipements sportifs, création d'une maison de l'enfance comprenant une crèche de 60 berceaux s'accompagnant de la démolition de la crèche Parouty, relance de l'activité du Centre commercial du Chène Pointu, création d'une ou deux résidences sociales, création d'un hôtel d'activités polyvalent accueillant notamment les activités textiles antérieurement implantées dans la Tour Utrillo)  ;
l'accueil d'un transport en commun en site propre, vraisemblablement une antenne du tramway T4.
Il permet la transformation d'un nombre importants de logements de copropriétés dégradées en logements sociaux.
source : Wikipedia

Carte de Clichy-sous-Bois

 
 
 
 
 
 
  Communes françaises
 
 
  Autres communes du canton
 
 
  Communes proches
 
 
  Départements français
01.Ain.  02.Aisne.  03.Allier.  04.Alpes-de-Haute-Provence.  05.Hautes-Alpes.  06.Alpes-Maritimes.  07.Ardèche.  08.Ardennes.  09.Ariège.  10.Aube.  11.Aude.  12.Aveyron.  13.Bouches-du-Rhône.  14.Calvados.  15.Cantal.  16.Charente.  17.Charente-Maritime.  18.Cher.  19.Corrèze.  21.Côte-d'Or.  22.Côtes-d'Armor.  23.Creuse.  24.Dordogne.  25.Doubs.  26.Drôme.  27.Eure.  28.Eure-et-Loir.  29.Finistère.  2a.Corse du Sud.  2b.Haute-Corse.  30.Gard.  31.Haute-Garonne.  32.Gers.  33.Gironde.  34.Hérault.  35.Ille-et-Vilaine.  36.Indre.  37.Indre-et-Loire.  38.Isère.  39.Jura.  40.Landes.  41.Loir-et-Cher.  42.Loire.  43.Haute-Loire.  44.Loire-Atlantique.  45.Loiret.  46.Lot.  47.Lot-et-Garonne.  48.Lozère.  49.Maine-et-Loire.  50.Manche.  51.Marne.  52.Haute-Marne.  53.Mayenne.  54.Meurthe-et-Moselle.  55.Meuse.  56.Morbihan.  57.Moselle.  58.Nièvre.  59.Nord.  60.Oise.  61.Orne.  62.Pas-de-Calais.  63.Puy-de-Dôme.  64.Pyrénées-Atlantiques.  65.Hautes-Pyrénées.  66.Pyrénées-Orientales.  67.Bas-Rhin.  68.Haut-Rhin.  69.Rhône.  70.Haute-Saône.  71.Saône-et-Loire.  72.Sarthe.  73.Savoie.  74.Haute-Savoie.  75.Seine.  76.Seine-Maritime.  77.Seine-et-Marne.  78.Yvelines.  79.Deux-Sèvres.  80.Somme.  81.Tarn.  82.Tarn-et-Garonne.  83.Var.  84.Vaucluse.  85.Vendée.  86.Vienne.  87.Haute-Vienne.  88.Vosges.  89.Yonne.  90.Territoire de Belfort.  91.Essone.  92.Hauts-de-Seine.  93.Seine-Saint-Denis.  94.Val-de-Marne.  95.Val-d'Oise.